BFM Business

Jean-Marie Le Guen (PS) s'inquiète de la fusion Publicis-Omnicom

Jean-Marie Le Guen s'inquiète des dangers de la mondialisation, à travers de la fusion entre Publicis et Omnicom.

Jean-Marie Le Guen s'inquiète des dangers de la mondialisation, à travers de la fusion entre Publicis et Omnicom. - -

Le député (PS) de Paris a pris le contrepied de Pierre Moscovici, ce jeudi 1er août, en exprimant ses inquiétudes concernant la fusion entre Publicis et Omnicom.

Voilà une sortie qui pourrait rappeler étrangement l’affaire Dailymotion. Avec, dans le rôle d’Arnaud Montebourg, le député socialiste Jean-Marie Le Guen, ex-proche de DSK.

Celui-ci a exprimé, jeudi 1er août, ses "inquiétudes" concernant "le sort des entreprises françaises dans la mondialisation", après l'annonce de la fusion entre le français Publicis, numéro 3 mondial de la publicité, et son concurrent américain Omnicom. 

A ses yeux, cette fusion "est sans aucun doute un coup entrepreneurial et industriel très réussi" pour Maurice Lévy, le patron du groupe français. Mais "cette opération n'est pas sans faire naître quelques inquiétudes pour le sort des entreprises françaises qui, pour continuer à exister sur la scène internationale, doivent fusionner avec de grands groupes américains, indiens ou chinois au risque de perdre peu à peu leurs marges de manoeuvre", écrit-il dans un communiqué.

"Rompre avec l'optimisme béat de certains libéraux"

Une vision qui ne correspond pas vraiment à celle de Pierre Moscovici. La veille, le ministre de l'Economie avait salué "la France qui conquiert, la France qui gagne".

Jean-Marie Le Guen, lui, va même plus loin : "sans céder à un protectionnisme réducteur et simpliste, il nous faut tout de même être lucide face à ce tournant de l'économie mondiale - quitte à rompre avec l'optimisme béat et naïf de certains libéraux - et y apporter une réponse courageuse et durable".

Y. D.