BFM Business

Intermittents: Valls ne veut pas entendre parler d'une caisse autonome

Manuel Valls veut privilégier la solidarité interprofessionnelle pour financer le régime des intermittents.

Manuel Valls veut privilégier la solidarité interprofessionnelle pour financer le régime des intermittents. - -

Le Premier ministre a adressé une lettre de mission à trois personnalités chargées de trouver une solution au conflit des intermittents, ce mardi 24 juin. Mais la création d'une caisse autonome au détriment de la solidarité interprofessionnelle est complètement exclue.

La tâche ne s'annonçait pas facile, pour les trois personnalités nommées par Manuel Valls afin de trouver une solution à un conflit social qui menace les festivals de l'été. Mais la lettre de mission adressée par le Premier ministre, ce mardi 24 juin, réduit encore le nombre d'options envisageables.

Le gouvernement exclut en effet la création d'une "caisse autonome" pour les intermittents du spectacle, maintenant la solution de la solidarité interprofessionnelle.

Les intermittents maintiennent la pression

Les syndicats d'intermittents maintiennent la pression contre l'agrément par le gouvernement d'une nouvelle convention d'assurance chômage négociée en mars par les partenaires sociaux, qu'ils jugent pénalisante pour leur corporation.

La CGT-spectacle, majoritaire, a notamment annoncé la reconduction d'un préavis de grève à partir du 1er juillet et lancé un appel à une journée de mobilisation "massive" le 4 juillet, jour d'ouverture du festival d'Avignon.

De son côté, le gouvernement a maintenu sa décision d'agréer la nouvelle convention Unedic mais a fait quelques gestes, dont le lancement d'une mission de concertation et de proposition pour réformer et stabiliser le régime des intermittents.

Les trois personnalités désignées sont le député socialiste Jean-Patrick Gille, l'ex-directrice du Festival d'Avignon Hortense Archambault, et l'ancien directeur général du travail Jean-Denis Combrexelle.

Y. D. avec Reuters