BFM Business

Football: les avantages accordés à l'AS Monaco contestés par 7 clubs

L'accord signé par les dirigeants de l'AS Monaco avec la LFP est contesté.

L'accord signé par les dirigeants de l'AS Monaco avec la LFP est contesté. - -

Plusieurs clubs dont le PSG, Marseille et Lille, ont annoncé, jeudi 13 février, la saisine du Conseil d'Etat pour lui demander l'annulation de l'accord entre la LFP et Monaco permettant à ce dernier de conserver son siège dans la Principauté.

Sept clubs de Ligue 1 et de Ligue 2 ont annoncé, jeudi 13 février, qu'ils engageaient une "action contentieuse" afin de remettre en cause le récent accord entre la Ligue de football professionel (LFP) et l'AS Monaco, qui doit verser 50 millions d'euros à l'instance pour garder son siège social en Principauté.

Le président de l'un d'entre-eux, Jean-Louis Triaud, le patron des Girondins de Bordeaux, a déclaré à Reuters qu'ils allaient demander "l'annulation de la transaction" devant le Conseil d'Etat.

Outre le club aquitain, Caen, le LOSC Lille, le FC Lorient, l'Olympique de Marseille, le Montpellier Hérault Sport Club et le Paris-Saint-Germain demandent par ailleurs dans une lettre "qu'une solution soucieuse des intérêts de l'ensemble des acteurs et de l'équité sportive soit trouvée". La LFP, interrogée par l'AFP, n'a pour l'heure pas réagi.

Un accord signé le 23 janvier

Le 23 janvier, le litige entre la LFP et l'AS Monaco concernant le siège social du club du "Rocher" avait pris fin avec un accord entre les deux parties: l'ASM s'engageait à verser une compensation 50 millions d'euros à la LFP, une somme à répartir entre les clubs professionnels.

Le club de la principauté devait aussi se désister du recours introduit devant le Conseil d'Etat dans lequel il contestait l'injonction de la LFP d'implanter son siège en France.

Avantages fiscaux en cause

La LFP avait en mars 2013 donné jusqu'à juin 2014 à l'ASM pour déménager son siège social, sous peine d'exclusion du Championnat de France.

La LFP voulait par cette injonction initiale régler un problème d'équité sportive, l'AS Monaco bénéficiant de gros avantages fiscaux avec un siège social implanté en Principauté. Qui plus est, Monaco, en conservant son siège sur le Rocher, ne sera pas assujetti à la taxe à 75% sur les hauts revenus.

Les joueurs étrangers qui évoluent à Monaco ne paient pas d'impôt sur le revenu, ce qui lui permet d'attirer à moindre coût par rapport à d'autres clubs de Ligue 1 des stars comme les colombiens Radamel Falcao ou James Rodriguez.

M. K. avec AFP & Reuters