BFM Business

Football: le marché des transferts est ouvert

Manchester City devrait être, encore cette année, un acteur majeur du mercato estival.

Manchester City devrait être, encore cette année, un acteur majeur du mercato estival. - -

Le mercato estival s'est officiellement ouvert, ce mardi 11 juin. Malgré une conjoncture économique morose, le montant des transactions pourrait atteindre des records.

La valse des rumeurs, des enchères, et des millions peut commencer. Initialement prévu pour dimanche, le mercato estival ouvre ses portes, ce mardi 11 juin.

Les clubs de football français peuvent donc officiellement recruter et vendre leurs joueurs, jusqu’au 2 septembre prochain. Mais cette année, le marché des transferts a pris ses droits bien avant la date officielle, et les montants annoncés laissent augurer d’un été agité.

Car, malgré la crise, les grands clubs européens, auxquels il faut rajouter les nouvelles puissances financières (Monaco, Paris, etc.), ont décidé de réaliser des gros coups. Le FC Barcelone a, par exemple, dépensé 57 millions d’euros pour s’assurer les services du Brésilien Neymar, considéré comme le sportif le plus "bankable" du monde.

Les clubs également obligés de vendre

Monaco, de son côté, a recruté James Rodriguez, Joao Moutinho et Falcao pour un total approchant les 130 millions d’euros. Le Paris Saint-Germain,lui, devrait jeter son dévolu sur un joueur de classe mondiale –ce qui implique un prix d’achat élevé.

Le club de Manchester City, sous contrôle émirati, ne devrait pas être en reste, d’autant qu’il a déjà annoncé la signature du Brésilien Fernandinho pour environ 40 millions d’euros. Selon le Manchester evening news, ses dirigeants seraient prêts à dépenser environ 95 millions d’euros pour l’ensemble du mercato.

Et que dire du budget faramineux du Bayern Munich, récent vainqueur de la Ligue des Champions ? Le club bavarois a en effet annoncé que son nouvel entraîneur, Pep Guardiola, disposerait de 280 millions d’euros pour recruter. Sans compter Chelsea, qui lorgne sur Cavani (dont la clause libératoire est de 65 millions), Manchester United ou le Real Madrid.

Mais pour équilibrer leurs comptes, et afin de respecter les règles du fair-play financier, tous ces clubs se verront dans l’obligation de vendre. Ce qui pourrait donner lieu à une multiplication des transactions, malgré une conjoncture économique morose.

Yann Duvert