BFM Business

Euro Disney va être repris en main par sa maison-mère

Euro Disney va de restructuration en restructuration

Euro Disney va de restructuration en restructuration - Mehdi Fedouach - AFP

Disney va réinjecter de l'argent dans la société gérant le parc d'attractions francilien, qui a par ailleurs annoncé une hausse de sa fréquentation cet automne. Euro Disney devrait être retiré de la cote et les titres de ses actionnaires repris avec une prime de 67%.

Le géant américain des médias et du divertissement Disney va réinjecter de l'argent dans la société qui gère son parc d'attractions francilien. Le groupe américain va proposer aux petits actionnaires d'Euro Disney de racheter leurs titres au prix de 2 euros l'unité, soit une hausse de 67% par rapport au cours de clôture de la veille.

The Walt Disney Company, qui prépare une recapitalisation pouvant aller jusqu'à 1,5 milliard d'euros, a déjà racheté 90% des parts détenues par Kingdom Holding Company dans Euro Disney, portant ainsi sa participation de 76,7% à 85,7%, indique un communiqué. Déjà en 2015 elle avait dû recapitaliser Euro Disney en y injectant 1 milliard d'euros.

Un retrait de la cote?

La maison-mère va désormais "lancer une offre publique d'achat sur la totalité des actions Euro Disney restant en circulation, suivie d'un retrait obligatoire si le seuil de 95% est atteint", ajoute le document.

La recapitalisation qui suivra doit "permettre au groupe de poursuivre la mise en oeuvre des améliorations au sein de Disneyland Paris, de réduire son endettement et d'améliorer sa trésorerie". Sans surprise, l'action Euro Disney a bondi après cette annonce, le titre s'envolant de 65%. 

La société gérant le parc d'attractions a également annoncé une amélioration de son activité au premier trimestre de son exercice décalé avec une hausse du nombre de visiteurs de 6%, et une augmentation de son chiffre d'affaires de 5% à 354 millions. Un léger mieux qui, il est vrai, ne fait pas oublier la perte colossale de l'exercice 2015-2016: 705 millions d'euros.

J.M. avec AFP