BFM Business

Euro 2016: la France et le Portugal affolent les parieurs

L'équipe de Cristiano Ronaldo a généré près de 20 millions d'euros de mises depuis le début de l'Euro.

L'équipe de Cristiano Ronaldo a généré près de 20 millions d'euros de mises depuis le début de l'Euro. - Fransico Leong - AFP

Depuis le début de la compétition, plus de 63 millions d’euros ont été misés en ligne, selon les derniers chiffres de l’Arjel. Les matchs de la France et du Portugal ont particulièrement suscité l’enthousiasme.

Alors que l’Euro 2016 en est à mi-parcours, la FDJ et les sites de paris en ligne peuvent se frotter les mains. Au total, 124,6 millions d’euros ont en effet été misés, dont 61,4 millions sur internet, selon les données de l’Autorité de régulation des jeux en ligne (Arjel).

Il semble donc que Français soient toujours attachés aux paris "sur place", c’est-à-dire dans les points de vente de la FDJ (presse, bars, tabac). La part est toujours supérieure à celle des mises sur internet (63,3 millions contre 61,4 millions). 

En outre, qu’il soit en ligne ou en "dur", le marché du pari sportif ne semble jamais s’être aussi bien porté. A titre de comparaison, la précédente édition de l’Euro, en 2012, avait totalisé 31 millions d’euros de mises sur internet. Alors qu’il reste encore 25 matchs, l’Euro 2016 a déjà généré plus du double.

Flop pour le Pays de Galles et la Slovaquie

Malgré tout, après l’engouement du début de la compétition, la frénésie des parieurs semble s’estomper quelque peu. La deuxième journée de la phase de groupes n’a ainsi généré "que" 55,1 millions d’euros de mises (tous paris confondus), contre 60,2 millions pour la première journée.

Certains matchs n’ont d’ailleurs pas déchaîné les passions. La rencontre entre le Pays de Galles et la Slovaquie, le 11 juin dernier, a péniblement atteint 2 millions d’euros de mises. Même chose pour Russie-Slovaquie (2,3 millions) ou Islande-Hongrie (2,5).

En revanche, d’autres confrontations ont relevé le niveau. Ainsi, le match d’ouverture entre la France et la Roumanie a généré 9,2 millions d’euros de mises, tout comme…Portugal-Islande. Suivent les rencontres entre les Bleus et l’Albanie (8,4 millions d’euros), et entre le Portugal et l’Autriche (8,2 millions).

Si l’équipe de France est d’ores et déjà qualifiée pour les 8ème de finale, le Portugal, lui, n’est pas assuré d’y figurer. Nul doute que le coup serait rude pour l’ensemble du secteur, en cas de non qualification des coéquipiers de Cristiano Ronaldo.

Y.D.