BFM Business

Comment le streaming favorise les carrières internationales des artistes francophones

En 2019, la musique française a réalisé un record à l'export notamment grâce au succès mondial des plates-formes de streaming comme Deezer et Spotify.

Angèle, Aya Nakamura, Zaz, Clara Luciani, Suzanne mais aussi des valeurs sûres comme Jean-Michel Jarre, David Guetta..., autant d'artistes français (ou chantant en français) qui ont cartonné l'an dernier à l'international. La première a ainsi écoulé l'équivalent de 250.000 albums à l'étranger.

Le bilan est même "exceptionnel", juge sur BFM Business Marc Thonon de l'association Bureau Export de la musique qui accompagne les artistes signés en France à l'international.

"Ce sont des artistes qui impriment parce que la proposition artistique française et spécialement des femmes françaises est extrêmement forte et extrêmement originale par rapport à ce que proposent les américains et les anglais", juge le responsable.

Un effet vertueux extraordinaire

Mais au-delà de l'originalité artistique, et de la "volonté" des artistes francophones de se frotter au public étranger, c'est bien l'essor du streaming qui favorise le succès à l'export de ces artistes.

"Aujourd'hui, votre contenu, votre musique, elle est disponible partout dans le monde entier. Qui plus est, vous avez accès à ces fameuses data qui vous permettent d'analyser dans quels territoires vous avez un écho sur tel ou tel disque".
"Jean-Michel Jarre par exemple s'est produit il y a deux ans à Santiago de Chili parce qu'il avait réalisé que Santiago était la cinquième ville au monde où il avait le plus d'auditeurs. Il a appelé son agent américain qui lui a sécurisé un concert là-bas. Quelque soit le genre de musique (...) on a une génération d'artistes qui utilisent parfaitement ces réseaux sociaux et les informations qui leurs procurent", souligne Marc Thonon. 
"Ce qui est extraordinaire dans le streaming aussi, c'est que le contenu n'est jamais mort. Zaz par exemple apparaît dans notre Top cette année avec un album sorti en 2014 parce que sans arrêt, il conquiert de nouveaux territoires, de nouvelles personnes s'abonnent au streaming tous les jours, donc c'est un effet vertueux extraordinaire".

Un usage trans-générationnel 

Rappelons que d'après les chiffres du SNEP (syndicat national des éditeurs phonographiques), le marché numérique de la musique a connu une progression constante, passant de 50,8 millions d’euros en 2007 à 335 millions en 2018, dont 300 millions d'euros pour le streaming.

"La pratique du streaming ne cesse de se développer et contrairement aux idées reçues, c’est loin d’être un usage réservé aux ados, même s’ils en sont les utilisateurs les plus intensifs : aujourd’hui 30% des streamers ont plus de 50 ans. L’essor constant de ce mode de consommation se traduit dans les chiffres: on a recensé 57,5 milliards de streams audio en 2018, soit + 35% par rapport à l’an dernier, avec des écoutes hebdomadaires qui ont culminé à 1,3 milliard fin décembre", souligne le syndicat.

Olivier Chicheportiche