BFM Business

Comment Disney fait fortune avec les Avengers et Star Wars

Le prochain Avengers sortira le 1er mai

Le prochain Avengers sortira le 1er mai - Marvel 2015

Le groupe américain devrait largement surfer sur le succès des nouveaux épisodes de deux de ses plus grosses franchises, Les Avengers, dont le deuxième volet sort ce 22 avril au cinéma, et Star Wars. Deux films qui pourraient rapporter à Disney plus de 4 milliards de dollars.

Les fans de The Avengers vont enfin pouvoir se précipiter dans les salles. Le deuxième film mettant en scène les super-héros de la maison de comics Marvel “The Avengers: l’âge d’Ultron” sort ce mercredi 22 avril dans les cinémas français, avant de faire de même aux Etats-Unis, le 1er mai prochain. Si l’attente est grande chez les afficionado d’Iron Man, Captain America et autres Hulk, elle l’est également du côté du box-office.

Car on ne le rappellera jamais assez: ce nouvel épisode des Avengers a un important héritage à défendre. Le précédent opus, The Avengers sorti en 2012, avait connu un succès planétaire dantesque, rapportant pas moins de 1,5 milliard de dollars au total.

Seul Avatar (2,7 milliards de dollars) et Titanic (2,1 milliards de dollars) ont fait mieux dans l’histoire du cinéma.

Jusqu'à 2,5 milliards de dollars en vue pour les Avengers

Pour le moment les prévisions sont optimistes, allant de 1,6 à 2,5 milliards de dollars de recettes au niveau mondial. Sauf que, paradoxalement, Les Avengers ne sont pas sûrs de terminer en tête du box-office cette année. Car une autre grande franchise va marquer la fin de 2015: Star Wars. L’épisode VII, Le réveil de la Force, est en effet programmé pour le 18 décembre prochain.

Là encore, la saga dont le nombre de fans est très difficile à évaluer, est attendue au tournant, puisqu’ aucun film de la série n’est sorti dans les salles obscures depuis 10 ans.

International Business Times voit ainsi Star Wars faire mieux que les Avengers, avec 2,2 milliards de dollars contre 2 milliards pour les super héros. “Cela sera le film le plus important de 2015, même si la majorité de recettes devraient être récoltée en 2016”, note le site.

A l’inverse, le site spécialisé Imdb.com voit les super héros de Marvel conserver assez nettement la main, avec 2,5 milliards de dollars, contre 1,8 milliard de dollars pour le septième opus de Star Wars.

Une visibilité extraordinaire pour Disney

Au final, peu importe qui arrivera devant sur la photo finish, le vrai gagnant est le même: Disney. Le groupe américain est, en effet, à l’origine de ces deux poids lourds du box-office, Disney ayant racheté Marvel Entertainment en 2009 pour 4,2 milliards de dollars, puis Lucasfilm (la société de Georges Lucas qui produisait les films Star Wars ou Indiana Jones…) en 2013 pour 4 milliards de dollars supplémentaires.

Ces acquisitions permettent désormais à Disney de surfer sur le succès de grosses licences au cinéma, réduisant ainsi la prise de risque, très grande, que prend un studio lorsqu’il sort un film.

“Ce que les studios Disney ont et qui est tout à a fait unique dans le secteur c’est la visibilité (...) Traditionnellement au box-office, vous en avez très peu. C’est très volatile et eux (Disney, ndlr) ont une visibilité sur plusieurs années“, explique Martin Pyykonnen un analyste de Rosenblatt Securities, cité par CNBC.com

Des licences exploitées au maximum

D’ailleurs Disney entend profiter au maximum de ces poules aux oeufs d’or. Pas moins de neuf films de superhéros Marvel (deux nouveaux Avengers et un nouveau Captain America) sont programmés d’ici à 2019. Quant à Star Wars, l’épisode VIII est d’ores et déjà prévu pour 2017.

Et il ne faut pas croire que cette stratégie se limite aux superhéros testostéronés et aux Jedi. Les princesses des glaces sont aussi concernées. En effet, Disney compte aussi exploiter au maximum la licence Frozen (La Reine des neiges en France), cinquième plus gros succès au box-office de tous les tous les temps avec 1,27 milliard de dollars. La suite, Frozen 2, a ainsi été annoncée le 12 mars dernier par le groupe américain. Ce même jour, le cours de Bourse de Disney avait alors grimpé de 4%. Preuve que les investisseurs aiment les suites à succès...

J.M