BFM Business

Canal Plus fait la paix avec son ancien directeur général

Yannick Bolloré et Rodolphe Belmer en 2012

Yannick Bolloré et Rodolphe Belmer en 2012 - AFP Jacques Demarthon

Rodolphe Belmer, remercié avec fracas de Canal Plus mi-2015, est ensuite allé diriger l'opérateur satellite Eutelsat. Peu après, Canal Plus a cessé de payer Eutelsat et l'a attaqué devant le tribunal de commerce de Paris.

Mi-2015, Vincent Bolloré prenait le pouvoir chez Canal Plus. Il a rapidement fait venir à la chaîne cryptée son vieil acolyte Michel Sibony, spécialiste de la réduction de coûts. Celui-ci a lancé un plan d'économies tous azimuts, comprenant notamment la renégociation des contrats avec les fournisseurs. Il s'est notamment attaqué aux coûts de diffusion de la chaîne par satellite et par voie terrestre. Il a ainsi renégocié les contrats avec TDF (qui diffuse la chaîne en TNT), Astra (qui diffuse la chaîne par satellite) et Eutelsat (qui diffuse la chaîne par satellite sur l'océan indien, mais aussi sa filiale polonaise NC+). 

Avec succès: les coûts de diffusion ont baissé de 30 millions d'euros en 2017, pour tomber à 110 millions. Mais ce résultat a été obtenu avec des méthodes musclées, comme arrêter de payer les fournisseurs. Ainsi, en 2016, Astra a réclamé en justice le paiement de 7,5 millions d'euros d'impayés, mais a perdu. Pour sa part, Eutelsat a réclamé devant le tribunal de commerce de Paris le paiement d'une ardoise de 9 millions d'euros.

Toutefois, le conflit le plus long et le plus âpre a eu lieu avec Eutelsat. Hasard ou coïncidence, l'opérateur satellite est dirigé depuis fin 2015 par Rodolphe Belmer, ancien directeur général de Canal Plus, remercié avec fracas par Vincent Bolloré six mois plus tôt. Nul doute que l'acrimonie entre les deux hommes a envenimé le litige entre leurs deux sociétés...

15 millions d'euros de dommages

Le conflit portait initialement sur la Pologne, où NC+ utilise 16,66 transpondeurs sur les satellites Hot Bird d'Eutelsat pour diffuser un bouquet de 77 chaînes. Il s'est ensuite étendu à l'Océan indien, où Canal Réunion diffuse un bouquet de 97 chaînes sur Eutelsat 16 A. 

Le conflit a démarré début 2016, quelques mois après l'arrivée de Rodolphe Belmer à la tête d'Eutelsat. NC+, la filiale polonaise de Canal Plus, cesse de payer son opérateur satellite. En juin 2016, Eutelsat met en demeure Canal Plus et NC+ de payer 1,1 million d'euros d'arriérés, faute de quoi la diffusion des chaînes sera coupée. NC+ accepte alors de régler une grande partie de son ardoise. En avril 2017, rebelote: en raison d'impayés, Eutelsat menace de couper le signal de Canal Réunion, mais se fait payer in extremis.

Entre temps, en décembre 2016, Canal Plus et NC+ attaquent Eutelsat devant le tribunal de commerce de paris, réclamant 15,5 millions d'euros de dommages, et l'accusant de tous les maux: "abus de position dominante", "abus de dépendance économique", "entente anti-concurrentielle", "prix excessifs", "relation économique significativement déséquilibrée", "refus de renégociation du contrat", "durées excessives des contrats" (6 à 13 ans en Pologne, et 10 ans sur l'océan indien)...

Eutelsat contre attaque

Mais Eutelsat ne se laisse pas faire et contre-attaque. L'opérateur satellite épluche les comptes de NC+, et relève que l'argent versé à Eutelsat "représente moins de 7% du chiffre d'affaires et des coûts, ce qui exclut toute dépendance économique".

Eutelsat demande aussi à Canal Plus de fournir au tribunal la preuve que "la prise de contrôle" par le groupe Bolloré de la chaîne cryptée et de sa maison mère Vivendi a bien été "notifiée aux autorités de concurrence et de régulation compétentes". Une demande faite non sans malice, car Eutelsat sait bien que Vincent Bolloré n'a jamais notifié à personne sa prise de pouvoir...

Finalement, après un an et demi d'échange de noms d'oiseaux, les deux parties viennent de trouver un accord amiable, mettant fin au procès devant le tribunal de commerce. NC+ a notamment abandonné un de ses répéteurs.

Interrogé, Canal Plus n'a pas répondu, tandis que Eutelsat "se félicite qu’un accord satisfaisant entre les parties prenantes ait été trouvé", et Astra indique "ne plus avoir de litige avec Canal Plus depuis longtemps".

Les filiales de Canal Plus en Pologne et à la Réunion (en 2017)

NC+

Chiffre d’affaires: 505 millions d’euros
Résultat opérationnel ajusté (Ebita): +37 millions d'euros
Abonnés individuels: 2,171 millions

Canal Réunion
Chiffre d’affaires: 97 millions d’euros
Résultat opérationnel ajusté (Ebita): +25 millions d'euros
Abonnés individuels: 174.000

Source: Vivendi, BFM Business

Jamal Henni