BFM Business

Bolloré critique les résultats d'iTélé et menace Canal Plus

L'assemblée générale de Vivendi a été plus tranquille que les années précédentes

L'assemblée générale de Vivendi a été plus tranquille que les années précédentes - BFM Business

"Le nouvel homme fort de Vivendi et Canal Plus veut ramener aux bénéfices sa chaîne d'information, dont il juge les pertes trop importantes."

Vincent Bolloré a une nouvelle cible dans son viseur: iTélé. "Nous avons deux gros sujets: les chaînes Canal Plus en France, et iTélé", a déclaré jeudi 21 avril le président des conseils de surveillance de Vivendi et de sa filiale Canal Plus.

"Pas des manchots"

"Nous devons regarder comment ramener iTélé dans des résultats positifs", a assuré l'industriel breton, qui s'exprimait pour la première fois au sujet de sa chaîne d'information continue. Selon lui, la chaîne appartenant à Canal Plus a perdu 16 millions d'euros en 2014, 20 millions d'euros en 2015, et 25 millions en 2016. Des chiffres qui surprennent, car ces pertes sont plus importantes que celles qui figurent dans les comptes d'iTélé (cf. encadré ci-dessous). D'autant qu'après une mauvaise année 2013, la chaîne d'informations en continu avait vu son audience et ses résultats s'améliorer en 2014.

Mais Vincent Bolloré a craint que ces résultats ne se dégradent encore plus avec "l'arrivée de la concurrence, qui ne sera pas faite par des manchots". En effet, iTélé, déjà en concurrence avec BFM TV (propriétaire de ce site web), rivalise depuis peu avec LCI (qui appartient à TF1) et bientôt avec la chaîne d'information publique. Cette dernière chaîne "sera payée par l'Etat, c'est-à-dire nous, ce qui veut dire beaucoup d'argent", a pointé le principal actionnaire de Vivendi.

"On peut imaginer l'arrêt des chaînes Canal Plus"

Plus classiquement, Vincent Bolloré a critiqué les performances de Canal Plus, comme cela avait déjà été fait il y a deux mois. L'homme d'affaires breton a pointé "un cash flow quasiment inexistant", et "une dette d'un milliard". Vivendi "ne pourra pas éternellement apporter de l'argent à Canal Plus. A un moment, on sera obligé d'arrêter le robinet".

Précisément, "ce qui est abimé dans Canal, ce sont seulement les chaines que nous faisons nous mêmes. C'est cela qui obère les comptes et perd beaucoup beaucoup d'argent: 400 millions d'euros par an. On est dans une période dite de faillite. Le reste -D8, D17, Studio Canal, CanalSat, l'international- va très bien. A Dieu ne plaise, on peut tout à fait imaginer l'arrêt des chaînes Canal Plus, ce qui serait très rentable".

beIN Sports toujours commercialisé en solo

Stéphane Roussel, directeur général de Vivendi en charge des opérations, a abondé: "les chaînes Canal Plus en France sont en perte depuis 4 ans, soit depuis l'arrivée de beIN Sports. L'équation de rentabilité devient de plus en plus difficile. Elles perdront plus de 400 millions d'euros en 2016 si l'on ne fait rien. Cette tendance structurelle ne pourra s'inverser que si des changements majeurs sont entrepris, le premier étant un accord avec beIN Sports".

Stéphane Roussel en a profité pour promettre qu'il sera toujours possible de s'abonner à la chaine sportive en solo: "l'offre beIN Sports subsistera telle quelle pour les clients qui le souhaitent. Cet engagement pris par Canal Plus devrait satisfaire l'Autorité de la concurrence".

Enfin, et non des moindres, Vincent Bolloré a justifié sa reprise en main musclée de la chaîne cryptée. "On dit que je suis la cause des pertes, mais je suis la conséquence de ces pertes, et peut être même la solution. Je ne suis pas populaire à Canal Plus. Quand vous dites que vous ne serez plus 469 à descendre au festival de Cannes mais seulement 50, vous n'êtes pas populaire. De même, quand vous envoyez deux journalistes au lieu de huit pour couvrir un tournoi de golf. On a changé 20 dirigeants, qui sont partis dans des conditions financières sympathiques". Il a promis que le plan d'économies dans la chaîne cryptée se ferait "sans plan social... si on peut", ajoutant que consacrer 1.350 personnes à l'informatique est "probablement trop".

"Succursale du Parti socialiste"

L'industriel breton s'exprimait à l'occasion de l'assemblée générale des actionnaires de Vivendi, qui s'est déroulé bien plus tranquillement que les années précédentes. Une bonne partie des questions était étrangement lénifiantes. Un actionnaire a par exemple demandé la liste des chanteurs d'Universal Music, autre filiale de Vivendi...

Plusieurs questions n'ont pas paru spontanées mais visiblement arrangées à l'avance. Ainsi, lorsqu'un petit porteur a demandé des détails sur le service myCanal de Canal Plus, une publicité vantant cette application était déjà prête et a été diffusée... Puis, lorsqu'une actionnaire s'est interrogée sur le poids des femmes dans le groupe, Vincent Bolloré a répondu: "on a préparé la réponse, car vous nous aviez posé la question", et fait apparaître une diapositive avec la réponse.

Une actionnaire a même remercié Vincent Bolloré pour avoir "assaini les émissions en clair de Canal Plus, qui étaient une succursale du Parti socialiste". Elle l'a même félicité pour avoir accueilli sur son yacht Nicolas Sarkozy au lendemain de son élection à l'Elysée: "mieux vaut qu'un président se fasse payer ses vacances par un ami que par des fonds publics". 

Les résultats d'iTélé

Chiffre d'affaires net (en millions d'euros)
2008: 20,1 2009: 24,7 2010: 29,7 2011: 39,7 2012: 41,7 2013: 34,7 2014: 36,5 2015: 34,3

Résultat opérationnel en tenant compte de la redevance versée (en millions d'euros)
2008: -10,1 2009: -7 2010: -4,9 2011: +1,2 2012: +1,4 2013: -6,2 2014: -5,9

Résultat opérationnel sans tenir compte de la redevance versée (en millions d'euros)
2008: -22,3 2009: -17,8 2010: -13,5 2011: -7,5 2012: -9,1 2013: -18,5 2014: -17,3

NB: iTélé reçoit une redevance pour fournir les bulletins d'information de Canal Plus et D8 (prestation dite 'news factory')
Source: BFM Business

Recettes publicitaires brutes (en millions d'euros)
2009: 129 2010: 220 2011: 321 2012: 314 2013: 301 2014: 343 2015: 357

Source: Kantar

Part d'audience (4 ans et plus)
2008: 0,3 2009: 0,5 2010: 0,7 2011: 0,8 2012: 0,8 2013: 0,8 2014: 0,9 2015: 1 Source: Médiamétrie

Jamal Henni