BFM Business

Bataille autour du magot de Bienvenue chez les Ch'tis

C'est le film français qui a réalisé le plus d'entrées en salles

C'est le film français qui a réalisé le plus d'entrées en salles - Pathé Distribution

Thomas Langmann accuse Pathé d'avoir spolié son père Claude Berri, producteur du plus grand succès commercial du cinéma français. Il réclame 2,25 millions d'euros devant le tribunal de commerce de Paris.

Avec 20,4 millions d'entrées, Bienvenue chez les Ch'tis reste le plus grand succès en salles de l'histoire du cinéma français. Mais, huit ans après sa sortie, d'âpres batailles se poursuivent encore pour mettre la main sur ce pactole. En l'occurrence, la bataille a été lancée par Thomas Langmann, dont le père, Claude Berri, avait été le producteur délégué du film.

Le conflit porte sur la part des recettes qui aurait dû revenir à Claude Berri, puis, après son décès, à ses deux héritiers Darius et Thomas Langmann. Ce dernier estime avoir été spolié. Il reproche à Pathé de ne pas lui avoir versé la part des recettes à laquelle il estime avoir droit. L'héritier a donc porté plainte devant le tribunal de commerce de Paris. Il réclame 2,25 millions d'euros à Pathé, la société de production du film.

175 millions d'euros au box office

Précisément, le conflit porte sur un accord conclu en 2001 entre Pathé et Claude Berri. D'une durée de cinq ans, cet accord prévoyait que la société de production verse au père de Thomas Langmann 10% des recettes nettes d'exploitation de tous les films produits dans le cadre de cet accord. Mais, pour Pathé, Bienvenue chez les Ch'tis ne rentre justement pas dans le cadre de cet accord, car la production du film de Dany Boon a débuté en 2007, plus d'un an après que l'accord de 2001 ait expiré. Dès lors, Claude Berri n'a pas droit à ces 10% des recettes nettes -que d'ailleurs, le producteur n'avait pas réclamés de son vivant. Et la répartition des recettes de Bienvenue chez les Ch'tis relève donc uniquement d'un contrat de production spécifique à ce film.

Thomas Langmann a une autre interprétation du contrat. Selon lui, l'accord de 2001 porte aussi sur les films "initiés" avant la fin de l'accord mais pas encore terminés, ce qui inclurait donc Bienvenue chez les Ch'tis. Estimant les recettes nettes du film à 80 millions d'euros, il considère que son père aurait dû percevoir 8 millions d'euros, dont la moitié de la part de Pathé (co-producteur à 50%). Pour sa part, Box Office Mojo chiffre les entrées du film à 245 millions de dollars, soit à l'époque 175 millions d'euros.

Mais ce n'est pas tout. L'accord de 2001 prévoyait aussi que Claude Berri touche un pourcentage sur les recettes nettes des remakes des produits dans le cadre de l'accord. Thomas Langmann estime donc avoir droit à une partie du produit de la cession des droits à Warner pour un remake américain, et surtout des recettes des remakes italiens Benvenuti al sud (2010) et Benvenuti al nord (2012), qui ont été de grands succès de l'autre côté des Alpes, où chacun a rapporté 30 millions d'euros au box office. Au total, l'héritier chiffre à 6 millions d'euros les recettes nettes des remakes, et estime, là encore, que Claude Berri aurait dû percevoir 10% de cette somme. 

Rappelons que depuis 2009, Thomas Langmann et Pathé se sont déjà affrontés devant le même tribunal au sujet de deux autres films (cf. ci-dessous). D'abord, sur le partage des frais d'Astérix aux jeux olympiques, où le tribunal a jugé que la production avait coûté moins cher que ce que Pathé l'affirmait (déficit de 5,5 millions d'euros et non de 11 millions), mais l'affaire est en appel. Ensuite, sur Rien à déclarer, où Pathé a été condamné à payer à Thomas Langmann 30% des recettes nettes du film (Pathé n'a pas fait appel). A l'occasion de cette dernière procédure, le fils de Claude Berri avait vivement critiqué le budget de Rien à déclarer (24 millions d'euros) et, notamment, que le tiers de ce budget (soit plus de 14 millions d'euros) soit absorbé par la rémunération de Dany Boon...

Interrogés, Pathé et Thomas Langmann n'ont pas répondu.

NB: l'article a été mis à jour le 29 juillet

Les rapports entre Claude Berri et Pathé

1962: Claude Berri créée Renn Productions

1987: Chargeurs (qui deviendra Pathé) rachète 50% de Renn Productions

1996: Chargeurs rachète 100% de Renn Productions (qui sera rebaptisé Pathé Renn Productions, puis Pathé Production). Claude Berri crée une nouvelle société de production, Katharina

2001: Pathé rachète 100% de Katharina. Claude Berri crée une nouvelle société de production, Hirsch, et signe un accord cadre avec Pathé d'une durée de 5 ans

2006: expiration de l'accord entre Pathé et Hirsch

2007: Pathé rachète une partie du catalogue de Hirsch (qui deviendra la Petite Reine)

27 février 2008: sortie de Bienvenue chez les Ch'tis

12 janvier 2009: décès de Claude Berri

Jamal Henni