BFM Business

Automobile: la Formule E, un petit budget pour un grand potentiel

 L'écurie de Formule E Virgin

L'écurie de Formule E Virgin - Goh Chai Hin - AFP

Cette discipline, version électrique de la Formule 1, tient son premier Grand Prix ce samedi 13 septembre en Chine. Avec des moyens bien plus modestes que ceux de sa grande soeur, cette discipline pourrait permettre le décollage des véhicules électriques.

Top départ pour la Formule E. Ce samedi 13 septembre, le premier Grand Prix de cette discipline automobile, qui met en course des véhicules 100% électriques, a lieu à Pékin.

10 écuries sont en lice. Parmi elles, l'équipe Virgin du célèbre Richard Branson, Venturi qui associe l'homme d'affaires monégasque Gildo Pallanca Pastor avec l'acteur Leonardo DiCaprio, ou encore E.Dams, l'écurie co-dirigée par le quadruple champion du monde Alain Prost.

Le plateau des pilotes est relevé: on compte ainsi d'anciens nombreux pilotes de Formule 1, le plus célèbre étant peut-être Jarno Trulli, qui a sa propre écurie Trulli Racing, mais aussi Bruno Senna, Nelson Piquet Junior ou encore Nick Heidfeld. Nicolas Prost fera lui ses débuts dans une grande compétition dans l'écurie de son père.

40 millions d'euros de budget total

Côté moyens toutefois, la Formule E fait relativement pâle figure à côté de la Formule 1. Le budget total de ce championnat s'élève à 40 millions d'euros par saison. Pour donner un ordre d'idée, Red Bull et Ferrari, deux des plus grandes écuries de F1, ont des budgets respectifs de 230 et 220 millions d'euros.

Cette nouvelle discipline automobile pourrait toutefois avoir d'importantes retombées pour les véhicules de série. Le cabinet Ernst and Young voit ainsi de belles perspectives pour la voiture électrique.

"La Formule E va aider à percer les barrières empêchant l'expansion du marché des véhicules électriques, en contribuant à des ventes supplémentaires de 77 millions de véhicules d'ici à 2040", écrivait le cabinet en novembre 2013.

142 milliards d'euros en 2040

En 2040, le marché du véhicule électrique atteindrait alors, en termes de montant, 142 milliards d'euros, soit 17% du total du marché automobile. 42.000 emplois au niveau mondial seraient créés. Ernst and Young estime en outre que 240 emplois temporaires seront générés par chaque Grand Prix de Formule E .

Ce qui permet de comprendre pourquoi de grands noms de l'industrie automobile ont décidé d'entrer dans la compétition. Renault est ainsi à l'origine du seul et unique modèle en course, la Spark-Renault SRT 01 E, avec la jeune société tricolore Spark Racing Technology. Michelin s'occupe des pneumatiques, McLaren du système électronique et Williams des batteries. L'Italien Dallar a lui conçu le châssis.

Julien Marion