BFM Business

Une OPA lancée sur la Société de la Tour Eiffel

La Société Tour Eiffel exploitait autrefois le célèbre monument parisien éponyme.

La Société Tour Eiffel exploitait autrefois le célèbre monument parisien éponyme. - -

L'assureur mutualiste SMABTP a déposé une offre publique d'achat sur la Société de la Tour Eiffel, ce mercredi 29 janvier. Le montant est de 48 euros par action.

La Société de la Tour Eiffel (STE) va-t-elle changer de propriétaire? La mutuelle d'assurance SMABTP (pour "Société mutuelle d'Assurance du Bâtiment et des Travaux Publics") a déposé ce mercredi 29 janvier une offre publique d'achat sur cette entreprise, désormais spécialisée dans les investissements immobiliers et autrefois exploitante du célèbre monument parisien.

Selon un projet déposé ce mercredi auprès de l'Autorité des marchés financiers (AMF), SMABTP offre 48 euros par titre pour acquérir la totalité des actions existantes de sa cible.

Pas de prime aux investisseurs

Elle inclut aussi "la totalité des actions nouvelles STE susceptibles d'être émises avant la clôture de l'offre ou, le cas échéant, de l'offre réouverte, à raison de l'exercice des options de souscription d'actions attribuées par la société, soit au total un maximum de 28.427 actions", toujours au prix de 48 euros le titre, indique le document.

Cette opération n'offre aucune prime aux investisseurs, puisque l'action Tour Eiffel a clôturé mercredi soir à 49,19 euros (-0,40%) à la Bourse de Paris. SMABTP indique que son offre sera irrévocable à la condition qu'elle recueille au moins 51% du capital et des droits de vote de sa cible.

Conflit interne

A l'heure actuelle, l'actionnaire principal de STE est l'investisseur Chuc Hoang, qui détient environ 29% du capital et des droits de vote, en son nom propre et via ses sociétés MI 29, Eurobail et Foncière Wilson.

Ce dernier est en conflit ouvert avec la direction actuelle de la Société de la Tour Eiffel, qu'il a attaquée au pénal, en déposant plainte pour abus de biens sociaux, et qu'il a cherché à débarquer. A la mi-novembre le tribunal de commerce de Paris l'avait débouté, dans le cadre d'une décision en référé, de cette demande.

J.M. avec AFP