BFM Business

Missika : la tour Triangle, "un enjeu d'attractivité internationale" 

Le sort de la tour Triangle va faire l'objet d'un vote au Conseil de Paris.

Le sort de la tour Triangle va faire l'objet d'un vote au Conseil de Paris. - Joel Saget - AFP

Invité de BFM Business, Jean-Louis Missika, l'adjoint au maire de Paris chargé de l'urbanisme, a défendu un projet dont l'aboutissement sera connu ce lundi 17 novembre.

Alors que le sort de la tour Triangle se joue ce lundi avec la décision attendue du Conseil de Paris, les défenseurs du projet se mobilisent. C’est notamment le cas de Jean-Louis Missika, l’adjoint (PS) au maire de la capitale chargé de l’urbanisme. Invité de BFM Business, l’élu a ainsi rappelé que la Tour Triangle avait vocation à "s’insérer dans un projet plus vaste, qui est celui du parc des expositions".

"C’est un enjeu national et métropolitain car ce n’est pas seulement un ensemble qui va dynamiser l’économie parisienne", a-t-il affirmé. "C’est aussi quelque chose qui est intéressant esthétiquement et qui peut être un grand geste architectural du 21ème siècle. C’est donc un enjeu d’attractivité internationale".

"Si le Conseil de Paris donnait un coup d’arrêt au projet de la tour Triangle, alors les investisseurs internationaux, les grands architectes, se diront que c’est décidément compliqué de faire des choses innovantes à Paris", a-t-il martelé.

5.000 emplois espérés

Pour rappel, le projet consiste à construire une tour de bureaux de 180 mètres près de la Porte de Versailles à Paris. L'édifice est signé "Herzog et de Meuron", les architectes qui ont réalisé le Tate Modern à Londres et qui ont reçu le prix Pritzker, en quelque sorte le Nobel de l'architecture. Le projet est entièrement privé, et porté par Unibail-Rodamco qui veut y investir 500 millions d'euros.

L'objectif ? Faire des bureaux de qualité et connectés, un restaurant panoramique ouvert à tous, mais aussi une crèche ou un centre de santé. A la clé: 5.000 emplois pour sa construction et autant pour son exploitation.

Problème: au départ, en 2009, tout le monde avait signé, à l'exception des écologistes et d'une poignée de riverains. Mais tout a changé au moment des élections municipales, et la Tour triangle est maintenant au cœur d’un conflit politique au sein du Conseil de Paris. Le vote de ses élus devrait être connu aux environs de 13 heures.

Y.D. avec Hélène Cornet