BFM Business

Les copropriétaires sont fâchés avec leur syndic

Les syndics de copropriété indépendants affichent un taux de satisfaction supérieur à ceux appartenant à un réseau national.

Les syndics de copropriété indépendants affichent un taux de satisfaction supérieur à ceux appartenant à un réseau national. - Mehdi Fedouach - AFP

Seuls 39% des copropriétés se déclarent satisfaites des prestations de leur syndic, selon une enquête dévoilée ce 10 novembre par la CLCV. La qualité de la gestion ainsi que leur manque de réactivité arrivent en tête des griefs.

Même si elles n’ont jamais été faciles, les relations entre copropriétaires et syndics sont en train de se dégrader. Seulement 39% des propriétaires s’estiment satisfaits de leurs prestations, selon le sondage réalisé par l’association de consommateurs CLCV pour Notre Temps (1). C’est 10 points de moins que lors du même sondage réalisé deux ans auparavant !

La qualité de la gestion arrive en tête des motifs d’insatisfaction, puis le vient le suivi des contrats et enfin le manque de réactivité des professionnels quand ils sont sollicités. Sur tous ces critères, le taux de satisfaction est en net recul.

Mais les petits cabinets ont plus la cote que les syndics issus de grands groupes nationaux (Foncia, Citya, Oralia, Sergic …), les sondés ayant montré un taux de satisfaction plus élevé par exemple sur la coopération avec le conseil syndical ou encore la clarté des informations transmises.

Les syndics mobilisés contre la loi Alur 

Si l’on ne peut écarter un relâchement général des prestations fournies par les syndics pour expliquer ces résultats en baisse, la CLCV met aussi en cause un contexte particulier en raison de la mise en place de la loi Alur, oeuvre de l'ancienne ministre du Logement Cécile Duflot.

Les professionnels de l’immobilier ont exercé un lobbying très violent contre ces mesures et en ont profité au passage pour augmenter leurs tarifs au vu des nouvelles contraintes. "L’opposition frontale de la profession face à un texte qui se veut protecteur des copropriétaires et qui a pour ambition de mettre fin aux différents abus constatés n’a pas dû échapper aux copropriétaires les plus vigilants", note l’association de consommateurs.

Et justement, la CLCV a voulu connaître le sentiment des copropriétaires sur les avancées de la loi Alur. Ils sont 93% à estimer indispensable ou important la détermination d’un budget prévisionnel en collaboration avec le conseil syndical. Ils sont également 93% à soutenir la création d’une limitation des prestations exceptionnelle du syndic, qui a été à l’origine de nombreuses frais facturés en plus.

(1) Sondage réalisé en ligne auprès de 2137 copropriétaires

C.C.