BFM Business

La Cour des Comptes dénonce la gestion du quartier de La Défense

La Cour des Comptes a rendu public un référé sur la gestion de La Défense

La Cour des Comptes a rendu public un référé sur la gestion de La Défense - -

Dans un référé de ce mercredi 13 mars, la Cour des Comptes estime que le premier quartier d’affaires européen est mal géré. La division entre les deux établissements publics qui s’en occupent pose problème.

La gestion de La Défense irrite la Cour des Comptes. Déjà en février, dans un rapport, elle pointait les insuffisances de gestion de ce quartier d’affaires, le premier au plan européen. Elle dénonçait "la vision exagérément volontariste des perspectives financières" de l’Etablissement public d’aménagement de La Défense (EPADESA, ex-EPAD).

Ce mercredi 13 mars, la Cour des Comptes rend public un référé dans lequel elle note que "le dispositif retenu par les pouvoirs publics fait peser sur l’EPADESA et l’avenir du quartier d’affaires des contraintes excessives".

En effet, en 2006, le gouvernement a décidé de lancer un plan de renouveau de La Défense. Pour cela, la loi du 27 février 2007 a créé un établissement public local industriel et commercial (DEFACTO), habilité à gérer les ouvrages et espaces publics.

Mais la séparation des activités d’aménagement et d’exploitation auparavant confiées au seul EPAD a constitué une évolution positive mais les relations entre les deux établissements publics sont difficiles, voire conflictuelles.

Le gouvernement va agir

"La délimitation des compétences respectives des deux établissements est mal établie, ce qui ralentit et peut même paralyser certains projets", déplore la Cour des Comptes. Elle estime "que l’Etat doit procéder dans les meilleurs délais à une révision de ce dispositif pour instaurer entre les deux établissements des relations fondées sur la confiance et le souci commun de garantir le développement de La Défense".

En réponse à ce référé, Cécile Duflot a déclaré, dans une lettre du 7 mars, que "le gouvernement a d’ores et déjà entrepris une analyse approfondie du dispositif en vigueur et des évolutions que la situation pourrait exiger". Jérôme Cahuzac, ministre délégué en charge du budget, a lui déclaré qu’il allait veiller "à ce que le gouvernement propose, dans le cadre d’un futur texte de loi, de reprendre le dispositif juridique pour le rendre efficace et pleinement sécurisant pour les deux établissements".

Diane Lacaze