BFM Business

Immobilier: la Fnaim défie Cécile Duflot

Cécile Duflot, la ministre du Logement, s'est mis à dos les professionnels de l'immobilier.

Cécile Duflot, la ministre du Logement, s'est mis à dos les professionnels de l'immobilier. - -

La Fédération nationale de l'immobilier, irritée par les propos de la ministre du Logement sur les professionnels du secteur, a indiqué ce vendredi qu'elle ne participerait plus à ses observatoires des loyers.

La Fnaim engage un bras de fer avec Cécile Duflot. La Fédération nationale de l'immobilier a annoncé, ce vendredi 21 juin, qu'elle ne participerait plus aux observatoires des loyers, le dispositif mis en place, en décembre 2012, par la ministre du Logement. Une réaction à ses "propos méprisants envers les professionnels du secteur", précise son président, Jean-François Buet.

En cause: les déclarations de la ministre dans Le Parisien mercredi 12 juin. Elle y disait vouloir mettre fin aux abus des professionnels, notamment via un plafonnement des frais d'agence et des tarifs des syndics. Elle annonçait ensuite que la participation des professionnels de l'immobilier aux fameux observatoires deviendrait obligatoire.

Un problème de communication

Ces outils ont été conçus par le ministère du Logement pour "développer une connaissance fine du marché locatif" en vue de mettre en place, à terme, un encadrement des loyers. Au nombre de 18 pour l'instant, les observatoires doivent permettre de dresser une carte de France du prix des loyers.

Or la Fnaim était la seule organisation professionnelle de l'immobilier à avoir accepté de leur transmettre ses statistiques sur les prix des loyers. Privés de ces données, désormais seulement alimentés par quelques agents indépendants, les observatoires deviennent obsolètes.

Pour le moment, il ne s'agit que d'une "suspension de la coopération", explique le président de la Fédération. La fronde cessera quand la ministre arrêtera de "stigmatiser les professionnels", poursuit-il. Jean-François Buet rappelle qu'ils collaborent depuis des mois avec le ministère pour élaborer ce projet de loi. Il regrette que "la ministre agisse comme s'il était nécessaire de nettoyer la profession, alors que les professionnels de l'immobilier réclament des réformes à corps et à cris depuis trois ans".

Contacté, le ministère du Logement ne commentait pas, à l'heure où nous publions, la décision de la Fnaim.

>> A LIRE AUSSI - Cécile Duflot veut mettre fin aux loyers qui flambent

Nina Godart