BFM Business

Semaine en dents de scie à la Bourse de Paris

Une semaine mouvementée qui finit dans le calme à la Bourse de Paris.

Une semaine mouvementée qui finit dans le calme à la Bourse de Paris. - -

En ce vendredi 30 juin, le CAC 40 a marqué le pas avec une légère baisse de 0,48%. Il revient ainsi à son niveau du début de semaine.

Une semaine plutôt contrastée à la Bourse de Paris. Sur fond d’annonce de la Fed et de probable rachat d’Alstom, le CAC 40 finit en léger récul en ce vendredi des "quatre sorcières" et perd 0,48%. Il est quasiment stable sur la semaine (-0,04%). Un calme calqué aujourd'hui sur une grande timidité des marchés américains, sans grande annonce, et sur fond d’attentes concernant la situation irakienne.

Lundi, le CAC 40 perdait 0,73% alors que la situation irakienne se dégradait. Les principales craintes se portaient sur de potentiels remous sur le marché pétrolier.

Mardi, les marchés reprenaient un peu d’air avec une hausse de 0,58% à Paris, s’appuyant sur un sondage ZEW montrant des milieux financiers allemands plus confiants que prévu.

Mercredi, les yeux étaient rivés sur la réunion du comité mensuel de politique monétaire (FOMC) de la Fed, avec une séance plutôt calme finissant sur une baisse de 0,13%.

Jeudi, un mouvement haussier porté par l’annonce de Janet Yellen (patronne de la Fed) dont le discours a beaucoup plu aux investisseurs: malgré la fin programmée du "quantitative easing", les taux devraient se maintenir à de bas niveau. Résultat, une jolie envolée de 0,72%.

Alstom au cœur des spéculations

Perdant presque 1% lundi, puis à nouveau 1,2% mardi, le titre Alstom a connu une semaine plutôt agitée. En début de semaine, Siemens et Mitsubishi déposaient leur offre conjointe de rachat, ce qui a mené les marchés à anticiper une amélioration de l’offre de General Electric mercredi (+1,7% pour Alstom).

Jeudi, l’annonce de cette offre améliorée assortie d’un droit de veto accordé à l’Etat français a largement refroidit les investisseurs, faisant lourdement chuter l’action de 6%. Vendredi, la valeur reprenait 1,08% alors qu’une décision finale est attendue avant lundi.

Semaine noire pour Alcatel et EDF

Alcatel-Lucent a vécu une semaine très difficile en perdant près de 10% de sa valeur. EDF a également souffert, notamment à cause de l’annonce du gel de ses tarifs par Ségolène Royal: une chute de près de 8% rien que pour la journée de jeudi.

Raphaël Grably