BFM Business

Romanet : « La baisse du Livret A, une bonne nouvelle »

-

- - -

Augustin de Romanet, directeur général de la Caisse des Dépôts, a évoqué, et justifié, la baisse probable du taux d’intérêt du Livret A.

Invité mercredi 29 octobre, le directeur général de la Caisse des Dépôts Augustin de Romanet a réagi à une information du quotidien La Tribune qui révèle que le taux d'intérêt du Livret A pourrait passer le 1er février 2009 de 4 à 3,5 voire 3% : « Je vous confirme que les prix baissent et qu'il est exact que cette baisse (du taux d'intérêt du Livret A, ndlr) est probable. Dès lors que le Livret A a un taux qui est fixé pour préserver le pouvoir d'achat des Français, dès lors que le taux d'inflation baisse, le taux du Livret A baisse ».

Il a ensuite expliqué les raisons de cette baisse : « Mais c'est une bonne nouvelle : les règles de fixation du Livret A vont conduire à ce que le pouvoir d'achat du Livret A sera plus fort en 2009 qu'en 2008. En effet, le 1er août 2008, le taux était fixé à 4%, sur la base d'une inflation qui était de l'ordre de 3,5%. Donc le pouvoir d'achat du Livret A était de 0,5%. Si ce que disent les augures est exact, la probabilité est que l'inflation soit entre 1,8 et 2%. Et l'application mécanique des règles de calcul pourrait conduire à un taux du Livret A compris entre 3 et 3,5%. Donc le pouvoir d'achat serait compris entre 1 et 1,5% ».

Enfin, Augustin de Romanet a présenté les conséquences de cette baisse du taux d'intérêt du livret : « C'est toujours le problème de la bouteille à moitié pleine. Il y a deux façons de présenter les choses : le taux du Livret A s'écroule mais le pouvoir d'achat du Livret A explose. Regardons les conséquences : le pouvoir d'achat du Livret A sera augmenté et surtout, le financement du logement social va être moins cher. Environ 900 millions d'économie par an, ce qui fait 10 000 logements. Donc la simple baisse de l'inflation va conduire à un financement du logement social moins cher, sans altérer le pouvoir d'achat des Français. Je ne pense pas qu'on puisse considérer que ce soit une mauvaise nouvelle ».

Il a également été interrogé sur l'utilisation par la Caisse des Dépôts de l'Epargne des Français (Livret A, Livret de Développement Durable, etc...), et sur les risques inhérents : « Nous ne spéculons pas. Les titres du Livret A sont placés dans des obligations de l'Etat, dans des titres sécurisés de grandes entreprises très bien notées, mais nous ne prenons pas de risques : nous n'achetons pas de titres avec des rendements plus élevés pour compenser un risque très fort. Si vous connaissiez les limites de nos traders, vous seriez étonné du bas niveau. Nous n'avons aucun risque, c'est notre mission d'origine, et c'est ce à quoi je m'attache quotidiennement ».

La rédaction-Bourdin & Co