BFM Business

Prêts garantis: déjà 29.000 demandes pour 5,2 milliards d'euros

-

- - Pixabay

Le gouverneur de la Banque de France François Villeroy de Galhau, assure que "globalement, les banques font le job".

C'est un succès: les entreprises se jettent sur les prêts bancaires garantis par l'Etat pour tenir le choc face au ralentissement voire à l'arrêt de leurs activités pour cause de coronavirus.

"Les chiffres sont en train de monter très vite (...) À ce (mercredi) matin, on est à 29.000 demandes, on est à plus de 5,2 milliards" d'euros demandés par les entreprises, indique François Villeroy de Galhau, gouverneur de la Banque de France lors d'un entretien sur Europe 1. 

300 milliards d'euros de prêts garantis

Le gouverneur a notamment évoqué "une mobilisation des réseaux bancaires qu'il faut surveiller (...) mais qui globalement nous paraît forte", a-t-il ajouté, estimant que "globalement, je crois que les banques font le job". 

En cas de difficultés avec les banques, François Villeroy de Galhau a appelé les entrepreneurs à "saisir la médiation du crédit de la Banque de France, qui est une procédure totalement gratuite, disponible dans chaque département", ceci afin que "le maximum d'entreprises puisse bénéficier de ce bouclier de liquidités". 

La France a lancé la semaine passée un vaste programme de prêts bancaires aux entreprises que l'État s'est engagé à garantir à hauteur de 300 milliards d'euros, ceci afin de permettre aux entreprises de surmonter les difficultés temporaires liées à l'épidémie de coronavirus.

La question des délais de paiement reste préoccupante

Sur un autre terrain, le médiateur des entreprises du Ministère de l'Economie et des Finances et le médiateur national du crédit à la Banque de France ont appelé mercredi les entreprises "à respecter les délais de paiement, et à les réduire dans la mesure du possible".

"Dans un contexte inédit et périlleux pour l'économie française, le médiateur des entreprises et le médiateur national du crédit reçoivent un nombre toujours croissant de signalements de la part des entreprises: en deux semaines, l'équivalent de 3 mois de saisines a été enregistré", ont relevé les deux médiateurs dans un communiqué.

"Parmi ces signalements, les retards de paiement font l'objet d'un suivi particulier. En effet, si ces pratiques se généralisaient, une réaction en chaîne pourrait s'activer et provoquer la disparition prématurée de nombreuses entreprises", ont-ils mis en garde.

"Les délais de paiement représentent une source de financement d'environ 700 milliards d'euros", rappellent-ils soulignant qu'avec des retards "stables en moyenne depuis quatre ans, ce sont déjà 13 milliards d'euros dont le blocage pèse sur la trésorerie de nombre d'entreprises".

OC avec AFP