BFM Business

Pourquoi JP Morgan interdit à ses salariés de travailler le week-end

L’établissement américain a interdit à ses traders et banquiers de venir au bureau le samedi ou le dimanche. Et ce n'est pas seulement pour soigner son image.

Il s’agit d’une petite révolution à Wall Street: toutes les grosses banques demandent à leurs banquiers de lever le pied en fin de semaine. Jeudi, c'est JP Morgan qui a ordonné à ses salariés de ne plus travailler le week-end.

Une consigne qui aurait semblé totalement décalée il y a encore quelques années. Mais le patron des activités de marchés de l’établissement bancaire vient pourtant, lors d'une conférence téléphonique, d'interdire à ses salariés de travailler les samedis et dimanches. 2.000 traders et banquiers d'affaires sont concernés. Ces salariés auront encore le droit de consulter leurs mails, mais plus de venir au bureau, sauf cas exceptionnels : s'ils travaillent sur une fusion ou une introduction en bourse.

Bataille pour attirer les jeunes talents

L’opération, baptisée Pencils Downs prévoit en outre des sortes de soirées d'intégration, où les jeunes recrues auront le privilège de côtoyer les banquiers les plus chevronnés.

Pourquoi un tel changement de braquet, alors que jusqu’ici les traders avaient plutôt l'habitude de ne pas compter leurs heures? Certes, des suicides ont défrayé la chronique et pour leur image, les banques ont tout intérêt à faire retomber la pression.

Mais c'est surtout parce que les banques se livrent actuellement une véritable bataille pour attirer les jeunes talents. Et que de plus en plus d’entre eux se laissent séduire par les fintech, ces start-up de la finance. Toutes les grosses banques américaines affichent du coup ce même discours.

Caroline Morisseau, édité par Y.D.