BFM Business

Pour son départ en retraite, ce patron offre 9 millions d'euros à ses salariés

"Alors qu'il quittera en mai 2016 le groupe d'assurances Admiral Group qu'il a cofondé, Henry Engelhardt donne 8,9 millions d'euros à ses 8.300 salariés dont 130 en France. Il tient à les gratifier pour bons services rendus."

C'est en quelque sorte une retraite chapeau à l'envers que ce patron sur le départ accorde à tous ses salariés. Alors qu’il s’apprête à quitter l'entreprise qu'il avait cofondée en 1993, Henry Engelhardt, le PDG d’Admiral Group depuis 1999, société britannique de vente directe d’assurance auto, fait un don personnel de 7 millions de livres (8,9 millions d'euros) destiné à l’ensemble de ses 8.300 collaborateurs.

La grande majorité de ces salariés, ceux qui sont à plein temps, recevra 1.000 livres (1.260 euros) par personne. Ceux qui ont été embauchés depuis moins d’un an ou qui sont employés à temps partiel percevront la moitié de cette somme (630 euros).

"Ce don est la reconnaissance de tout le travail et l’esprit d’équipe qui sont à l'origine du succès d’Admiral, une start-up partie de zéro devenue une entreprise cotée au FTSE100 à la bourse de Londres et valorisée à 5 milliards de livres (NDLR, 6,7 milliards d’euros)" a-t-il déclaré à cette occasion.

L'entreprise a distribué pour 4.650 euros d'actions gratuites par salarié

Ce futur jeune retraité -il a eu 58 ans- est connu pour son style de management original. Dans son entreprise, il a crée une direction connue en interne sous le nom de "ministère de l'amusement" (ministry of fun). Elle organise des fêtes en interne comme des tournois de jeux vidéo à l'heure du déjeuner ou des journées de travail déguisements !

En France, les 170 collaborateurs de l’Olivier, filiale de vente directe d'assurance auto de l’hexagone créée en 2011, sont concernés, révèle La Voix du Nord: 40 à Paris et 130 à Marcq-en-Baroeul. "J’étais à Cardiff à l’occasion d’un concours entre filiales. Henry Engelhardt était présent. Il a annoncé sa décision pendant la convention annuelle qui avait lieu la veille. Nous, les Français, nous avons eu un moment d’incrédulité. Nous n’étions pas sûrs d’avoir bien compris." relate dans le quotidien régional Cédric Bricout, DRH de la filiale française.

Cette prime inattendue vient compléter une autre bonne nouvelle pour les salariés de cette entreprise britannique. Chacun a reçu pour 2015 des actions gratuites (pour eux) d'une valeur de 3.600 livres (4.560 euros), au titre du plan d'actionnariat salarié que soutient l'entreprise britannique.

Frédéric Bergé
https://twitter.com/BergeFrederic Frédéric Bergé Journaliste BFM Éco