BFM Business

Le curieux choix de la BCE pour évaluer les banques européennes

La BCE a choisi Oliver Wyman, un cabinet américain à la réputation malmenée.

La BCE a choisi Oliver Wyman, un cabinet américain à la réputation malmenée. - -

La BCE doit publier, mercredi 23 octobre, les modalités du passage en revue des actifs qu'elle mènera sur les banques européennes. Elle a choisi d'être assistée par le cabinet américain Oliver Wyman, qui traîne une réputation sulfureuse.

Première étape pour la supervision bancaire européenne. La Banque centrale européenne (BCE) dévoilera, mercredi 23 octobre, toutes les modalités de son "passage en revue des actifs" auxquels les banques européennes vont être soumises.

Les marchés attendent beaucoup de cette opération, considérés comme une véritable épreuve de vérité sur la santé de ces banques. Et voilà que la BCE délègue sa mission à un cabinet privé, qui plus est américain ! Le choix a de quoi surprendre: mais pourquoi la BCE ne s'appuie-t-elle pas sur ses propres équipes?

La cabinet traîne des casseroles

"Quand il y a des stress-tests aux Etats-Unis, c'est la FED qui s'en charge", souligne un analyste. D'autant plus que le cabinet qu'elle a choisi, lui aussi, est contestable. Ce cabinet est Oliver Wyman, spécialisé non pas dans l'audit mais dans le conseil.

Un cabinet qui traîne quelques casseroles. C'est lui qui, en 2006, avait décerné la palme de la banque la plus performante à l'Anglo Irish Bank. Trois ans après, la banque irlandaise s'effondrait. Autant dire que ce choix n'est pas vraiment de nature à rassurer.

Caroline Morisseau