BFM Business

La Fed s'interroge sur une prochaine hausse de ses taux

La Fed a, lors de sa dernière réunion, décidé de diminuer de 10 milliards de dollars le montant de ses rachats d'actifs.

La Fed a, lors de sa dernière réunion, décidé de diminuer de 10 milliards de dollars le montant de ses rachats d'actifs. - -

Les minutes de la dernière réunion de l'institution américaine ont révélé, ce mercredi 19 février, que plusieurs de ses membres ont évoqué "l'opportunité de relever les taux d'intérêts relativement tôt". Des taux qui sont à leur plus bas depuis cinq ans.

C'est un des grands rendez-vous attendus par les investisseurs. Les minutes (compte-rendu) de la dernière réunion de la Fed, l'équivalent de la banque centrale des Etats-Unis,ont été publiées ce mercredi 19 février.

Ce texte révèle que l'institution américaine compte garder le cap concernant sa politique monétaire. La plupart des membres de son comité tablent, en effet, sur une poursuite "à pas mesuré" de la réduction de son soutien à l'économie américaine.

Jusque-là, la Fed a abaissé à 75 milliards de dollars, puis à 65 milliards de dollars, le montant de ses rachats mensuels de bons du Trésor américain et de crédits hypothécaires, qui était initialement de 85 milliards.

Vers une fin progressive du QE

Mais, "quelques participants" se sont interrogés "sur l'opportunité de relever les taux d'intérêts relativement tôt", au cours de cette même réunion. Depuis fin 2008, la Fed a laissé ses taux atteindre leur plus bas, dans une fourchette de 0 à 0,25%.

De plus, les minutes ont indiqué que, lors de la dernière réunion, l'accent a été mis sur les coupes du programme de soutien de la Fed à l'économie, programme plus précisément appelé "QE" pour "quantitative easing" ou assouplissement quantitatif.

"Plusieurs participants ont argué qu'en l'absence d'une modification sensible des perspectives économiques, il devait y avoir une présomption claire favorable à la réduction régulière du rythme des rachats d'un total de 10 milliards de dollars à chacune des réunions (de politique monétaire)", peut-on ainsi lire dans le texte.

Les difficultés des émergents ne sont pas une menace

Par ailleurs, les membres de la Fed ont jugé que la volatilité des marchés émergents n'est pas une menace pour l'économie mondiale. Mario Draghi, le président de la Banque centrale européenne, avait, le 6 février dernier, dresser un jugement quasi-identique.

La publication des minutes n'a toutefois pas eu d'incidence forte sur l'évolution des marchés américains, le Dow Jones évoluant quasiment à l'équilibre (+0,01%), peu après cette annonce, alors que le Nasdaq restait mal orienté (-0,30%).

Julien Marion avec agences