BFM Business

La crise ukrainienne chahute les places européennes

Les investisseurs paniquent face à l'un des plus graves conflits entre l'Occident et la Russie.

Les investisseurs paniquent face à l'un des plus graves conflits entre l'Occident et la Russie. - -

Ce lundi 3 mars, le CAC 40 a perdu 2,66%. A Moscou, la Bourse a chuté de 12,01%. Les investisseurs s'inquiètent d'une possible escalade militaire entre la Russie et l'Ukraine.

L'Ukraine inquiète fortement les marchés financiers. Alors que le CAC 40 évoluait à ses plus hauts depuis 2008, il perd ce lundi 3 mars 2,66%, repassant sous les 4.300 points, à 4.291 points.

A Londres, le Footsie recule de 1,50% et à Francfort, le Dax cède 3,44%.

A Moscou, la Bourse chute 12,01%, et le rouble plonge à des records historiques de faiblesse, les investisseurs paniquant face à l'un des plus graves conflits entre l'Occident et la Russie depuis la chute du mur de Berlin en 1989. Les investisseurs s'inquiètent d'une possible escalade militaire et d'une intervention russe.

Pas de valeurs en hausse sur le CAC 40

Aucune valeur de l'indice parisien n'est en hausse ce lundi 3 mars. Société Générale signe le plus fort recul avec -5,43%. Mais Danièle Nouy, présidente du comité de supervision bancaire de la BCE, a tenté de rassurer sur BFM Business: "pas d'inquiétude pour les banques européennes les montants concernés sont très modérés par rapport au total de leurs expositions". Le titre est suivi de près par Renault (-5,41%), Saint-Gobain (-4,67%) et ArcelorMittal (-4,19%). Ces valeurs sont les plus exposées à la Russie.

En revanche, les valeurs plus défensives, moins dépendantes des mouvements du marché, limitaient la casse. Safran perd 0,98% et EDF 1,13%

|||sondage|||1674

Diane Lacaze