BFM Business

La Bourse de Londres voit son avenir dans les données

La Bourse de Londres veut frapper un grand coup en matière de données à forte plus-value, plutôt que de se risquer à participer à la guerre des volumes.

La Bourse de Londres veut frapper un grand coup en matière de données à forte plus-value, plutôt que de se risquer à participer à la guerre des volumes. - Leon Neal / AFP

Le LSE négocie le rachat de l'américain Refinitiv pour 27 milliards de dollars, afin de devenir un champion des données boursières.

Aller au-delà de la place de marché, et devenir un poids lourd des données boursières. Telle est l'ambition de la Bourse de Londres, à un moment-charnière de son existence, entre perspectives de consolidation dans le domaine des places boursières... Et incertitudes liées au Brexit.

Le London Stock Exchange, réagissant a des informations de presse datant de quelques jours, a confirmé négocier le rachat de l'américain Refinitiv, un spécialiste des données de marché, pour 27 milliards de dollars. Une opération par échange d'actions, qui ferait entrer à son capital les propriétaires de l'américain, à savoir le fonds géant Blackstone mais aussi l'agence média Reuters.

Bourse et données : l'ensemble parfait?

Le but : devenir un groupe intégré, à la fois place boursière mais aussi leader de la donnée, capable de concurrencer à ce niveau l'indétrônable Bloomberg, leader mondial du secteur. Avec 40.000 entreprises clientes dans le monde entier, l'américain Refinitiv peut clairement lui en donner les moyens, si les négociations aboutissent.

Car il est clair que la Bourse de Londres doit trouver des solutions et des perspectives pour croître. Le groupe se trouve quelque peu isolé au sein du mouvement de regroupements et d'alliances entre places boursières. La concurrence d'Euronext (qui vient de signer l'acquisition d'une 6ème place boursière, celle d'Oslo) et du marché électronique Nasdaq, toujours à l'affût, a tendance à mettre la Bourse de Londres au second voire au 3ème plan.

Forte plus-value

De fait, la perspective du Brexit et de ses conséquences complique largement l'intégration éventuelle de la Bourse de Londres au sein des dynamiques de regroupement actuelles. Le LSE a donc décidé de jouer une autre carte, en ajoutant à ses services d'échange boursiers une vraie plus-value, celle du contrôle des données.

Les données de marché (prix d'offre et de demande, volumes, etc...), pour les actions, les obligations et les matières premières, constituent un actif vital pour beaucoup d'entreprises, notamment les banques, les courtiers et autres intervenants de marché. Et face à une multitudes d'intervenants, elles préfèrent s'en référer à une source précise. 

Acteur incontournable

Face à Bloomberg, spécialiste incontestable et réputé, il est clair qu'une alliance Bourse de Londres / Refinitiv, alliant l'expérience du LSE avec la puissance des données et l'assise des grands noms Reuters et Blackstone, a de quoi séduire aussi bien les investisseurs, les marchés, que les clients potentiels. 

De quoi également faire sortir le LSE de l'actuel jeu de course aux volumes de transaction, pour se concentrer sur l'information financière à forte plus-value. Un défi où la Bourse de Londres à tout à gagner, en devenant incontournable, y compris pour ses propres concurrents...