BFM Business

Escroqueries aux virements: la France organise la riposte

Les escroqueries vie des faux ordres de virements se multiplient.

Les escroqueries vie des faux ordres de virements se multiplient. - Denis Charlet - AFP

Une délégation du ministère de la Justice se trouve actuellement à Pékin, où elle cherche à renforcer la coopération franco-chinoise pour lutter contre les escroqueries dont sont victimes les entreprises tricolores.

Les autorités judiciaires ripostent face aux escroqueries dont sont victimes les entreprises. Une délégation du ministère de la Justice est partie en Chine pour faire jouer l'entraide pénale entre les deux pays.

Coïncidence du calendrier, cette rencontre franco-chinoise s'est déroulée au lendemain de l'annonce par le groupe Michelin qu'il s'était fait dérober 1,6 million d'euros via de faux ordres de virements. Le fabricant de pneumatiques a été victime d'une personne se présentant comme le directeur financier de l'un de ses fournisseurs.

Pour renforcer le message, la Place Vendôme a dépêché le haut magistrat Robert Gelli, qui occupe le poste stratégique de directeur des affaires criminelles et des grâces. Car il y a urgence : ce qui n'était qu'un phénomène émergent en 2012 s'est transformé en véritable raz de marée qui s'est abattu sur la France, selon le ministère de la Justice.

300 millions d'euros de préjudice

On dénombre 700 procédures recensées pour un préjudice total de 300 millions d'euros. Une somme destinée à alimenter des comptes bancaires en Chine, après un transit souvent dans les pays de l'est ou à Chypre. En un clic, des sommes considérables se déplacent, explique un haut magistrat. 1,6 million pour Michelin, plus de 7 millions pour KPMG, 17 millions pour une entreprise du sud de la France spécialisée dans le maïs. Avec, pour conséquence, des entreprises ébranlées, qui doivent faire face à d'importants problèmes de trésorerie.

Les escrocs passent souvent à l'action le vendredi après-midi. Et quand les fonds arrivent en Chine, ils ont sept heures d'avance sur l'Europe grâce au décalage horaire. A la suite de la visite de la délégation française à Pékin, un comité de pilotage va être mis en place et chargé de réduire les délais pour geler les fonds. Aujourd'hui, les services de répression en sont réduits à des procédures laborieuses par courrier postal.

Hélène Cornet avec AFP