BFM Business

Les pires excuses pour se faire porter pâle au bureau

Certains salariés ne savent pas quoi inventer pour justifier une absence imprévue qu'aucun arrêt-maladie ne justifie. Florilège des excuses les plus souvent utilisées par les adeptes de la journée "flemme".

Ce matin vous n'êtes pas allé au bureau et pourtant vous n'avez pas d'arrêt maladie à envoyer à votre employeur. C'est normal, cloué au lit avec 39°C de fièvre, vous estimez juste qu'il fait trop froid ou qu'il pleut vraiment trop pour mettre le nez dehors. Ou alors vous souhaitez récupérer après une mauvaise nuit, une gueule de bois ou un rendez-vous privé.

Alors que dire à votre employeur pour lui expliquer votre absence? Vous devez inventer une excuse. Le problème c'est que vous ne pouvez pas faire semblant d'être malade ou dire que votre grand-mère est morte, on va vous demander un certificat.

Il faut donc trouver un motif qui puisse passer pour vraisemblable. Au Royaume-Uni, le chasseur de tête Robert Half a sondé ses clients et voici les huit excuses pour absence ou retard injustifiés qui reviennent le plus souvent:

1-“Mon chien a dévoré mes chaussures.”

2-“Je pensais que c’était un jour férié.”

3-“J’ai loupé mon arrêt de train.”

4-“Le frein à main de ma voiture a lâché et elle a roulé contre un réverbère en bas de la rue.”

5-“Mon réveil n’a pas sonné.”

6-“J’ai fait une intoxication alimentaire.”

7-“Mon fils s’est écorché le genou.”

8-“Je me suis malencontreusement enfermé chez moi.” Que répondre a quelqu'un qui est enfermé chez lui ? Rien et on ne va pas vous demander un justificatif de serrurier, vous aurez juste un jour d'absence non justifié.

Des sanctions pouvant aller jusqu'au licenciement

Mais que faire, côté employeur, si vous avez un gros doute sur l'histoire du chien et des chaussures? Tout d'abord, demandez-vous si une absence injustifiée remet en cause la confiance que vous avez dans cette personne. Il faut en fait agir si cela devient répétitif et que cela nuit au travail du service dans lequel elle travaille.

Sur le plan juridique, sachez enfin que si un salarié ne vous fournit aucun justificatif dans les quatre jours suivant son retour, vous pouvez prendre une sanction disciplinaire (blâme, avertissement) ou pécuniaire (retenue sur salaire). Une répétition des absences est un motif de faute grave pouvant justifier un licenciement.

Laure Closier édité par C.C.