BFM Business

Les patrons de PME croient aux vertus du bonheur au travail

76% des dirigeants sont convaincus qu'une mauvaise ambiance au travail est le fait du management.

76% des dirigeants sont convaincus qu'une mauvaise ambiance au travail est le fait du management. - Benjamin Zander- Flickr - CC

Les dirigeants de PME sont convaincus qu'une bonne ambiance de travail a une incidence positive sur leur chiffre d'affaires. Au point que 86% d'entre eux ont mis en place des actions pour encourager le bien-être au sein de leur entreprise, selon un sondage réalisé pour Zest.

Pour être efficace, il faut être heureux dans son job. Un principe qui est de plus en plus ancré dans l'esprit des dirigeants de PME : 88% pensent que le manque d'implication et d'engagement de leur équipe a un impact négatif sur les résultats de l'entreprise, selon un sondage effectué pour Zest (1), une application destinée à booster l'engagement des salariés. A tel point qu'entretenir la motivation de leurs équipes est le deuxième défi qu'ils ont à relever, juste après celui d'assurer la vente de leurs services et produits.

Mais comment rendre les salariés heureux au travail afin qu'ils donnent le meilleur d'eux-même sur le long terme? Le point clé serait la qualité de l'encadrement. 76% des dirigeants sont convaincus qu'une mauvaise ambiance au travail est le fait du management. Seulement 15% des sondés le mettent sur le dos du mauvais esprit de leurs salariés et pour 5% la charge de travail est en cause. 

Aux yeux des dirigeants un bon management se définit en priorité par la définition d'objectifs clairs, puis par un travail basé sur la confiance et la transparence et enfin par la responsabilisation des équipes.

Le Chief Happiness officer, un métier promis à un bel avenir

Tous les sondés expliquent accorder de l'importance au bien-être de leurs équipes, mais tous n'ont pas forcément agi dans ce sens. Ils sont 84% à déclarer avoir mis en place des actions pour booster la motivation des salariés.

Mais sont-ils pour autant prêts à confier cette mission à un Chief Happiness officer, un nouveau métier qui a la cote? 72% des dirigeants connaissent en tout cas cette fonction. Une majorité ne doute pas de son utilité: 59% des répondants jugent que le Chief Happiness officer est en mesure d'améliorer les performances de leur entreprise.

De leur avis, ces professionnels ne doivent pas organiser des crêpes party ou des ateliers de dialogue, mais se pencher en priorité sur l'accompagnement des méthodes de travail. Vient ensuite l'amélioration de la communication et ensuite offrir une écoute à tous les échelons de l'entreprise. Ils le voient donc comme un médiateur qui, de par sa position transverse, peut communiquer en toute transparence et garantir la confidentialité des échanges quand c'est nécessaire.

(1) étude réalisée par Séverine Daniel pour Zest auprès de 100 dirigeants de PME.

C.C.