BFM Business

Trois scenarios possibles sur le devenir de Florange

BFM Business

Le gouvernement et ArcelorMittal entament les ultimes discussions pour décider du sort du site de sidérurgie installé en Moselle. Selon les concessions que chacun fera, plusieurs scénarios sont possibles.

C’est la phase ultime des négociations : le gouvernement et ArcelorMittal doivent trouver un compromis sur le sort de Florange. Selon les concessions que chacune des parties fera, trois scenarios sont possibles

ArcelorMittal accepte les conditions du gouvernement

> Ce qui revient à dire qu’il décider de céder l’intégralité du site de Florange et non plus la seule filière liquide qui concerne la production d’acier brut. Il faut donc trouver un repreneur, certains évoquent l’intérêt du sidérurgiste russe Severstal

Le groupe de sidérurgie campe sur ses positions

> Si il refuse de céder aussi les activités de transformation de l’acier, activité rentable du site, l’Etat décide de nationaliser entièrement le site. Mais de façon provisoire, le temps de trouver un repreneur

La troisième voie porte sur le reclassement des 630 salariés des hauts fourneaux

> Pour cela plusieurs voies sont envisageables. Soit en créant une nouvelle ligne de transformation dans la phase dite à froid du site de Florange à la place justement des hauts fourneaux. Autre possibilité : mettre en place le projet Ulcos, qui consiste à capter le CO2 dans les sous-sol lorrain. Mais sa mise en place poururait prendre du temps et coûter cher. Bercy estime que garder les hauts fourneaux en arrêt temporaire pourrait coûter jusqu’à 8 millions d’euros par mois. Dernière option, Arcellor reclasse les salariés dans ses autres sites francais.

BFMbusiness.com (texte) et Gaëtane Meslin (video)