BFM Business

Thierry Lepaon: "La CGT est fournisseur officiel d'idées"

Thierry Lepaon était l'invité de Jean-Jacques Bourdin, ce 1er mai, sur RMC-BFM.

Thierry Lepaon était l'invité de Jean-Jacques Bourdin, ce 1er mai, sur RMC-BFM. - -

Le leader de la CGT était l'invité de BFMTV et RMC, ce 1er mai. Il y a livré la position de la centrale sur Alstom, le Pacte de responsabilité et la réduction des dépenses.

En ce 1er mai 2014, le premier sous gouvernement Valls, la CGT va défiler de son côté, la CFDT du sien. Mais "le 15 mai, tous les syndicats unis vont défiler pour les fonctionnaires", rappelle Thierry Lepaon, le secrétaire général de la première centrale, sur RMC-BFMTV ce jeudi. En cette journée sociale nationale, le syndicaliste a détaillé sa position sur les sujets économiques du moment.

> Le Pacte de responsabilité

"Nous pensons que pour sortir de l'impasse économique, il faut de la croissance, donc du travail, et augmenter les salaires", plaide-t-il. "Cela fait trente ans que le Medef nous dit que le travail est un coût, nous pensons que c'est une richesse. L'entreprise rémunère le capital de plus en plus et de moins en moins le travail".

"Les Français versent chaque année 230 milliards d'euros d'aides aux entreprises", rappelle-t-il. Alors certes, "les petites entreprises en difficulté méritent d'être aidées". Mais "il faut différencier les aides", selon lui.

> Alstom

"Un actionnaire décide de s'en aller (Bouygues, ndlr) ce qui met une entreprise industrielle en danger, et en fait la proie d'un Américain ou d'un Allemand", regrette Thierry Lepaon.

Et ce alors que "contrairement à ce qu'on raconte, Bouygues a touché beaucoup de dividendes de la part d'Alstom". Conclusion: "ce ne sont pas les actionnaires qui permettent d'assurer la pérennité des entreprises". En outre, qui peut croire "que l'emploi ne sera pas affecté en France"? demande-t-il.

> L'Europe

"Cela me fait mal au cœur, mais le gouvernement français, comme d'autres en Europe, mène une politique d'austérité".

> Le programme de stabilité

"Manuel Valls nous reçoit le lundi matin à 8h30, et nous dit que les syndicats de salariés seront associés à la mise en œuvre du programme. Je découvre, comme tous les Français, le Premier ministre sur le perron de l'Elysée qui nous annonce l'ensemble des mesures, sans même que l'on soit informés. Ce n'est pas ça la démocratie sociale".

> Le dialogue social

"Il faut que les salariés s'occupent de leurs affaires, qu'ils s'organisent. Les salariés d'Alstom ont intérêt à se regrouper pour peser sur les choix qui vont être faits. C'est de leur mobilisation que va dépendre leur avenir".

Est-ce que leur seul vocation, et celle des syndicats, est de protester? Non, estime le leader syndical. "La CGT est le fournisseur officiel d'idées et de propositions dans toutes les réunions. Mais cela ne suffit pas, il faut créer un rapport de force".

N.G.