BFM Business

Thierry Lepaon (CGT): "Titan doit faire comprendre à son PDG qu'il y a urgence qu'il se taise"

Thierry Lepaon fustige le bilan Hollande en 2013.

Thierry Lepaon fustige le bilan Hollande en 2013. - -

A l'occasion de la conférence de presse de nouvelle année, le secrétaire général de la CGT a défendu la CGT Goodyear et les "actes de désespoir" des salariés. Il a par ailleurs fustigé le bilan de Hollande en 2013.

Une fois n'est pas coutume, représentants de la CGT et du Medef sont sur la même ligne quant à la séquestration de cadres dirigeants de Goodyear à l'usine d'Amiens-Nord lundi 6 et mardi 7 janvier. A l'occasion de la conférence de presse pour la nouvelle année, Thierry Lepaon a estimé ce 8 janvier que la responsabilité de ce fiasco devait être assumée par la direction de Goodyear.

Après que deux cadres d'une des usines Goodyear d'Amiens ont été retenus par leurs salariés pendant 30 heures, il a reconnu que ce type d'action n'était pas dans "les habitudes" de la CGT mais que "cela peut arriver". Ce sont des "actes de désespoir", seul moyen qu'aient eu les salariés pour prendre connaissance des "conditions du plan auquel ils sont confrontés". "La responsabilité doit être assumée par la direction de Goodyear", a ajouté le leader de la CGT.

Plus tôt sur BFM Business, le vice-président du Medef, Jean-Claude Volot, concédait que malgré "leurs torts", on pouvait "comprendre les délégués CGT de Goodyear si le management de ce changement n'a pas été fait comme il le fallait".

Hollande répond "point par point" aux demandes du patronat

Thierry Lepaon a appelé le groupe Titan à faire "comprendre à son PDG qu'il y a urgence qu'il se taise. Il y a le feu à la porte de l'usine et il met de l'huile", a-t-il lancé.

Le secrétaire général de la centrale s'en est par ailleurs pris à François Hollande. Selon lui, le président "dans ses vœux aux Français, répond point par point au programme revendicatif du Medef". Dans sa ligne de mire, le pacte de responsabilité proposé aux entreprises, c'est-à-dire une baisse des charges en échange de l'emploi.

"Le choix est clairement assumé de favoriser les cadeaux aux actionnaires". "Certains pensaient que François Hollande ne savait pas trancher, ils se trompent !", s'est-il indigné, voyant dans ces propos "un tournant dans la politique" gouvernementale.

Thierry Lepaon a dressé un bilan "extrêmement sévère" de la politique du gouvernement en 2013, "une année noire" en matière de chômage et de salaires et a jugé "pathétique" la promesse d'inverser la courbe du chômage fin 2013.

Le numéro un de la CGT a appelé les salariés à une journée d'action et de manifestations le 6 février pour "exprimer leurs revendications". Il a souligné par ailleurs que la CGT entend aboutir avec d'autres centrales (CFDT, FSU, Unsa) à une "déclaration commune" sur l'emploi, la fiscalité et le pouvoir d'achat et portera ces revendications lors d'une manifestation européenne le 5 avril à l'initiative de la Confédération européenne des syndicats (CES).

N.G.