BFM Business

Sanofi : enfin une victoire pour Montebourg ?

Arnaud Montebourg tient à montrer qu'il est actif dans le dossier Sanofi

Arnaud Montebourg tient à montrer qu'il est actif dans le dossier Sanofi - -

Les 900 suppressions de postes prévues chez le groupe pharmaceutique seront en fait des départs volontaires, et le site de Toulouse n’est plus menacé. Des annonces formulées par le ministre du Redressement productif, qui apparaît ainsi comme celui qui a fait plier le labo.

"Sanofi annonce désormais zéro licenciement", mais un plan de départ volontaire pour 914 salariés, se félicite Arnaud Montebourg. Et "le site de Toulouse n'est plus dans son plan de restructuration" continue-t-il ce mercredi 10 octobre, à l’occasion d'un point presse.

Arnaud Montebourg montre décidément qu'il est au coeur du dossier et continue d'agir en coulisses. Déjà le 25 septembre, quand le numéro quatre mondial de la pharmacie avait détaillé son plan d’économies de 2 milliards d’euros, le ministre avait assuré que Sanofi avait "suivi les recommandations du gouvernement".

Un plan de restructuration moins dur qu'attendu

Le groupe pharmaceutique avait annoncé fin septembre la suppression de 900 postes, et non pas 2500 comme le redoutaient les syndicats. Il avait également affirmé qu’aucun site ne serait délocalisé, même si la "vocation" du centre de recherche de Toulouse restait "à préciser".

A l’issue de la présentation de ce plan, considéré comme moins désastreux qu’attendu, Arnaud Montebourg s’était donc réjouit d’avoir fait un peu plier le laboratoire. Il avait également indiqué avoir "prié les dirigeants de réduire encore leur plan". En annonçant en personne l’annulation des licenciements et la pérennité du site de Toulouse, le ministre apparaît comme le porteur d’une bonne nouvelle sur le front de l’emploi. Voilà qui tombe à point nommé après les déconvenues autour des dossiers PSA et Florange.

Nina Godart