BFM Business

Pourquoi les freelances ne regrettent pas le statut de salarié

23% des freelances ont opté pour ce statut pour la liberté qu'il offre sur la gestion de leur temps.

23% des freelances ont opté pour ce statut pour la liberté qu'il offre sur la gestion de leur temps. - Splitshire- CC

Ce n'est pas la perspective de revenus plus élevés qui a poussé certains travailleurs à opter pour le statut indépendant. Mais plutôt la possibilité de gérer son temps et d'être son propre patron, selon un sondage réalisé par le site Hopwork.

Les freelances sont heureux de leur sort. Ils sont 94% à être fiers de leur statut d'indépendant, selon une étude publiée ce 30 novembre par Hopwork (1), une plateforme mettant en relation freelances et entreprises. 60% de ces travailleurs considérèrent que passer à ce statut leur a permis d'avoir une vie, pro et perso "bien mieux qu'avant". C'est probablement car ils bénéficient d'une plus grande liberté, à laquelle ils sont très attachés. La possibilité de gérer son temps est l'argument qui a motivé 23% d'entre eux à quitter le statut de salarié. Puis vient le fait de devenir son propre patron (20%) à égalité avec la possibilité de varier les missions.

Le stress ne fait plus partie du quotidien

L'attrait financier n'a séduit que 8% des personnes interrogées. Et heureusement, car devenir son propre patron ne permet pas forcément de décrocher le jackpot. Si 37% déclarent gagner plus qu'avant de devenir indépendant, ils sont 36% à avoir des revenus inférieurs. Pour 16% d'entre eux, leurs rentrées d'argent sont restées stables.

Pourtant, les freelances ne lésinent pas sur leurs heures. Ils sont près de 40% à travailler entre 35 et 45 heures, et 21% à bosser entre 45 et 55 heures. 13% font même plus de 55 heures et 4% plus de 70 heures.

Pour autant, le stress ne fait pas partie de leur quotidien, ils sont 45% à déclarer en souffrir moins qu'avant. Alors, tous freelances?

(1) Le sondage a été réalisé auprès de 600 freelances représentatifs de la profession au niveau national selon la méthode des quotas.

C.C.