BFM Business

Pourquoi il faut oser parler salaire dès l'entretien d'embauche

-

- - C'est lors du 2ème entretien qu'il faut négocier son salaire !

Évoquer la délicate question de la rémunération lors d’un entretien d’embauche est-il malvenu? Bien au contraire: pour 9 recruteurs sur 10, cette négociation fait partie du jeu.

Comment ne pas paraître arrogant en évoquant ses prétentions salariales et quel est le moment idéal pour engager la discussion? Ces questions taraudent tout candidat à une offre d'emploi qui a la chance d'être reçu par un recruteur potentiel. Tout particulièrement quand on juge la concurrence rude. Si vous êtes dans cette situation soyez déjà rassuré. La guerre des talents a repris de plus belle. Selon une étude menée par Robert Half, 51% des DRH se disent aujourd'hui clairement ouverts à la négociation pour recruter les meilleurs profils. Aussi bien pour attirer des collaborateurs compétents que pour dissuader les salariés en poste d'aller voir ailleurs. 

>Qui doit faire le premier pas? 

Parler argent ne doit pas être un tabou: 92% des employeurs considèrent normal que les candidats abordent la question avant même qu'ils mettent ce sujet sur la table. Les mentalités sont donc en train d'évoluer, même s'il existe encore plusieurs écoles chez les DRH. 27,5% préfèrent évoquer le salaire d'embauche d'emblée, dès la première rencontre. A l'inverse, 25 % ne s'y intéresseront qu'à la toute fin, une fois le profil du candidat validé, au moment de rédiger la proposition d’embauche.

>Quel est le meilleur moment?

Mais le timing parfait pour négocier son salaire serait le 2ème entretien (39,5% des réponses). Olivier Gélis le directeur général de Robert Half estime que, c'est à ce moment précis, que le candidat se trouve en position de force: "Quand vous sentez que vous allez être embauchés, juste avant d'intégrer l'entreprise, vous avez cette dernière négociation à mener. Il ne faut pas se louper sur le salaire au moment du recrutement, car un an après, ce sera plus difficile d'obtenir une augmentation." conseille t-il. 

>Comment connaître sa valeur? 

Comme avant toute bonne négociation, il est conseillé d'être bien préparé en connaissant notamment sa valeur réelle sur le marché du travail. Face à votre futur employeur, évitez de proposer une fourchette de rémunération. Il y a très peu de chances qu'il tape dans le haut. Mieux vaut annoncer clairement un montant qui soit conforme à ses attentes et aux pratiques en vigueur. Enfin, dernier conseil: "si la négociation sur le fixe s’avère difficile, il est possible pour certaines fonctions d’évoquer la part variable (intéressements aux résultats et primes...), et les autres avantages (téléphone et ordinateur portables, voiture de fonction...) cela permet aussi de démontrer sa capacité à négocier pour en faire une qualité professionnelle. " conclut le patron du cabinet de RH.

Ch.L.