BFM Business

Michelin: quelle est la situation de son usine de Joué-lès-Tours?

Le secteur des pneus poids lourds est en crise, et l'usine Michelin de Joué-lès-Tours tourne au ralenti.

Le secteur des pneus poids lourds est en crise, et l'usine Michelin de Joué-lès-Tours tourne au ralenti. - -

Le groupe français a annoncé la suppression de 700 postes dans son usine implantée en Indre-et-Loire. Celle-ci est spécialisée dans la production de pneus pour poids lourds, un secteur qui s’effondre.

Le groupe Michelin a confirmé ce 10 juin la suppression d'environ 700 postes sur les 927 que compte l'usine de Joué-lès-Tours, située en Indre-et-Loire. L'information avait été révélé quelques jours plus tôt par Le Monde

La direction de Michelin détaillera le 13 juin ses projets sur l'avenir du site lors d'un comité central d'entreprise à Clermont-Ferrand. Spécialisé dans les pneus poids lourds, le site subit l'effondrement du transport routier au niveau mondial.

Une usine à 60% de ses capacités

Sans une reprise du marché, Michelin n'échappera pas à une restructuration. Cette déclaration du directeur financier du groupe, il y a quelques semaines, avait annoncé la couleur. Michelin doit en effet gérer la forte contraction de la demande des pneus poids lourds. Si la baisse n'est que de 3% en Europe, la chute atteint les 12% en Amérique du Nord.

Du coup, l’usine de Joué-lès-Tours ne tourne plus qu'à 60% de ses capacités. Une production largement insuffisante pour que le site soit rentable. Mais comme le groupe Michelin est largement bénéficiaire, les syndicats dénoncent une opération financière.

Pour éviter une trop forte contestation, la direction de Michelin devrait privilégier les départs en retraite anticipé et le redéploiement d'un maximum de salariés vers d'autres sites. L'objectif est de tout faire pour éviter un plan de licenciements secs.

L'usine de Joué-lès-Tours devrait bénéficier d'un investissement de plusieurs millions d'euros. Le but serait peut-être de la transformer en centre de recherches et développement.

A LIRE AUSSI:

>> Michelin se prépare à des jours difficiles en Europe

>> Michelin et Faurecia: une même crise pour deux situations opposées

Mathieu Sévin