BFM Business

Marylise Lebranchu admet une "situation difficile pour les fonctionnaires"

Marilyse Lebranchu

Marilyse Lebranchu - -

La ministre de la Fonction publique Marylise Lebranchu a admis "une situation difficile pour les fonctionnaires", mais a aussitôt rappelé "les contraintes budgétaires".

120 manifestations de la fonction publique étaient attendues aujourd’hui en France pour demander des gestes concrets en matière salariale tout en défendant aussi des revendications concernant l'emploi ou la journée de carence (non indemnisée) en cas d'arrêt maladie.

"C’est une parole et je l’entends", a affirmé la ministre de la Fonction publique, Marylise Lebranchu au micro de BFMTV. "C’est vrai que la Fonction publique subit un gel des salaires pour la troisième année et qu’il existe un certain nombre de bas salaires dans la fonction publique. C’est vrai aussi que lorsque le président avait fait campagne électorale, il s’était engagé à ne plus supprimer 30.000 postes par an. Donc nous avons arrêté cette hémorragie de 30.000 postes par an."

"Ce qui pose problème, vous le savez, c’est que des secteurs ont été désignés comme prioritaires, l’éducation nationale, la police et la justice donc du coup un certain nombre de secteurs très utiles pour la Fonction publique (…) souffrent un peu plus aujourd’hui admet la ministre".

"Attention, on est sur le même bateau "

Avec ce mouvement de grève, les syndicats espèrent peser sur une réunion consacrée aux carrières et rémunérations prévue le 7 février avec la ministre de la Fonction publique, Marylise Lebranchu.

Mais cette dernière a laissé entendre qu'une revalorisation des salaires n'était pas d'actualité, rappelant "les contraintes budgétaires". La ministre a dit comprendre que les fonctionnaires veuillent "une reconnaissance plus vite", mais a prévenu: "Attention, on est sur le même bateau et si l'action publique était abîmée par des déficits publics trop forts, que nous perdions une part de souveraineté, vous seriez aussi en difficulté".

La ministre de la Fonction publique Marylise Lebranchu a toutefois indiqué mercredi qu'elle comptait discuter avec les organisations syndicales d'un "nouveau système de primes" pour les agents, en modifiant notamment un dispositif de rémunération au mérite instauré par le précédent gouvernement.

A.L. avec AFP