BFM Business

Loi Travail: le gouvernement tente de rassurer les routiers

Alain Vidalies, le secrétaire d'État aux Transports, a écrit aux syndicats de chauffeurs routiers.

Alain Vidalies, le secrétaire d'État aux Transports, a écrit aux syndicats de chauffeurs routiers. - Joel Saget - AFP

"Le secrétaire d'État aux Transports Alain Vidalies a écrit aux syndicats de chauffeurs routiers, leur promettant que le projet de loi ne modifierait pas leur régime dérogatoire en ce qui concerne les heures supplémentaires. "

Alors que le risque d'une pénurie de carburant est de plus en plus présent, le gouvernement tente d'apaiser la colère des routiers, qui bloquent toujours plusieurs dépôts.

Le secrétaire d'Etat aux Transports, Alain Vidalies, a ainsi promis aux routiers que le projet de loi Travail ne modifierait pas leur régime "dérogatoire" sur les heures supplémentaires, qui ne pourront pas être majorées de moins de 25%.

"Dans le transport routier, le régime de durée du travail et ses conditions de rémunération repose sur des textes spécifiques" et "ce dispositif réglementaire, dérogatoire, n'est pas modifié par le projet de loi Travail", écrit Alain Vidalies dans une lettre adressée vendredi aux syndicats du secteur.

"Une très bonne nouvelle" pour FO et la CGT

Le gouvernement va "expertiser s'il est nécessaire de procéder à des ajustements du décret" sur la durée du travail des routiers "afin de clarifier le débat et d'éviter les interprétations qui pourraient donner matière à contestation", précise-t-il.

"Le gouvernement lâche sur les heures supplémentaires", se sont félicitées la CGT et FO, saluant dans un communiqué commun une "très bonne nouvelle pour la profession qui souffre".

"La négociation entreprise par entreprise, et donc l'inversement (sic) de la hiérarchie des normes, n'est pas applicable pour les routiers", se sont-ils réjouis. Les deux syndicats appellent néanmoins à poursuivre le mouvement pour le retrait du projet de loi. "Les actions ne doivent pas s'arrêter, d'autres dispositifs prévus dans la loi sont à combattre, entre autres les heures de nuit", ont-ils fait valoir.

Y.D. avec AFP