BFM Business

Les DRH croulent sous la paperasse et les salariés sont les premiers pénalisés

De nombreux salariés aimeraient adopter le télétravail,mais pour les ressources humaines des entreprises, cela ne fait pas partie des projets prioritaires.

De nombreux salariés aimeraient adopter le télétravail,mais pour les ressources humaines des entreprises, cela ne fait pas partie des projets prioritaires. - Kenzo Tribouillard - AFP

Les responsables des ressources humaines sont trop accaparés par les tâches administratives et les nouvelles contraintes règlementaires, révèle une étude de Regionsjob. Et c'est le bien-être des salariés qui en fait les frais.

Les professionnels des ressources humaines n'ont plus le temps de faire leur "vrai" métier tourné vers le management et la valorisation des compétences des salariés. Selon une étude de Régionsjob, leurs chantiers prioritaires pour l'année à venir sont principalement liés à des changements législatifs ou réglementaires entrés en vigueur au 1er janvier.

Ainsi, informer les salariés sur la mise en place du compte personnel de formation (CPF) est la priorité pour 86% des sondés. Vient ensuite, pour 83% des professionnels sondés, la mise en place de l'entretien professionnel obligatoire, qui doit se tenir tous les deux ans.

"Les priorités imposées par la réglementation ne sont pas forcément les priorités de mon entreprise, et surtout celles de mes salariés" regrette Liselotte Huguenin-Bergenat, responsable des Ressources Humaines chez RegionsJob. D'autant que certaines mesures, tels que l'entretien professionnel, peuvent faire doublon avec certains dispositifs déjà mis en place au sein des sociétés. Autant dire une perte de temps pour les professionnels des ressources humaines. 

Le télétravail n'est pas une priorité

Et pendant ce temps-là, certains chantiers jugés prioritaires par les salariés restent en suspens. "Ce qui intéresse nos collaborateurs, c'est l'équilibre entre vie pro et vie perso", explique Liselotte Huguenin-Bergenat. Mais c'est loin d'être en tête de la To do list des responsables des ressources humaines, puisqu'ils sont 61% à considérer que ce n'est pas important. 

L'aménagement du temps de travail, qui pourrait permettre aux salariés de travailler à distance est lui aussi mis de côté. "La question du télétravail, qui est un sujet très important pour mes collaborateurs et qui revient de manière récurrente aujourd'hui je n'ai pas le temps de me poser pour réfléchir dessus parce qu'avant je dois me pencher sur d'autres sujets imposés par la loi", reconnaît Liselotte Huguenin-Bergenat. Et elle ne doit pas être la seule, car ce chantier est considéré par 59% des professionnels interrogés comme non prioritaire pour 2015.

"C'est un sujet que je recule depuis maintenant 3 ans", regrette-t-elle. Alors peut-être qu'en 2016 ce chantier sera enfin lancé?

édité par C.C.