BFM Business

L'État se félicite que 15 groupes s'intéressent à Whirlpool Amiens

Christophe Sirugue était l'invité de Stéphane Soumier dans Good Morning Business ce jeudi.

Christophe Sirugue était l'invité de Stéphane Soumier dans Good Morning Business ce jeudi. - BFM Business

Le secrétaire d'État à l'Industrie Christophe Sirugue a expliqué ce jeudi sur BFM Business comment l'État était parvenu à retarder la fermeture de Whirlpool Amiens pour favoriser sa reprise.

Christophe Sirugue, secrétaire d'État chargé de l'Industrie, a affirmé ce jeudi dans Good Morning Business qu'une quinzaine d'entreprises convoitaient le site de Whirlpool à Amiens, où travaillent 300 salariés. "Deux nous semblent particulièrement intéressantes", a-t-il précisé.

Christophe Sirugue a en outre justifié la mobilisation du gouvernement dans ce dossier. "Ce territoire a déjà subi beaucoup de fermetures d'entreprises", a-t-il argumenté. À l'en croire, si l'État et les collectivités n'étaient pas intervenus, Whirlpool aurait campé sur sa position, affirme le secrétaire d'État. Le fabricant d'électroménager se disait "'on ferme, et on verra comment on met en place la loi Florange'. Nous, nous avons dit: 'avant que vous fermiez, on déclare, et on travaille sur des hypothèses de reprise'. C'est, me semble-t-il, une approche très différente", a-t-il ajouté.

Le dossier entre de bonnes mains au-delà des élections

Les syndicats du groupe étaient par ailleurs reçus à Matignon par Bernard Cazeneuve ce jeudi. À la sortie, ils ont indiqué que le Premier ministre leur avait promis de mettre en place une commission dont la mission sera d'assurer le suivi de ce dossier au-delà des élections.

"Aujourd'hui, on a des politiques qui s'intéressent au dossier, mais qu'est-ce qu'il va se passer dans un mois? Donc un certain nombre de choses sont mises en place pour que ça puisse perdurer au-delà de l'échéance électorale", a expliqué une syndicaliste du site d'électroménager. "Ils vont s'assurer que ce sont de vrais projets industriels et pas une chasse aux subventions, ce qui pourrait être le cas", a-t-elle déclaré.

N.G. et Camille Voisin