BFM Business

Geoffroy Roux de Bézieux: "la démission est intégrable dans l'assurance-chômage"

Geoffroy Roux de Bézieux était l'invité de BFM Business

Geoffroy Roux de Bézieux était l'invité de BFM Business - BFM Business

Le vice-président du Medef est revenu sur l'interview d'Emmanuel Macron retenant notamment le mot "transformation" dans son discours. Il a également estimé que l'extension de l'assurance-chômage aux salariés démissionnaires n'était pas impossible.

Qu'a retenu Geoffroy Roux de Bézieux de la première interview télévisée d'Emmanuel Macron? Réponse: "il y a cette phrase que le président a prononcé 'je veux transformer le pays'. Il pose le diagnostic que nous sommes nombreux à poser c'est-à-dire que la France a des atouts formidables mais qu'elle n'a pas bougé pendant trente ans pendant que le monde s'est transformé", affirme-t-il sur BFM Business.

"Il y a urgence à transformer ce pays dans un univers économique qui est en mutation à toute vitesse. Les entreprises se sont transformées, les Français se sont transformés, les institutions ne se sont pas transformées et je pense que c'est le cap qu'il faut fixer", ajoute le vice-président du Medef.

Des "paramètres à mettre en place"

Geoffroy Roux de Bézieux a également été le président de l'Unédic, l'organisme gérant l'assurance-chômage. Interrogé sur la volonté d'Emmanuel Macron d'élargir les indemnités aux salariés démissionnaires, il a tout d'abord rappelé qu'il est déjà possible de toucher ces indemnités quand on démissionne. "Il y a simplement un délai de carence de quatre mois. Mais aujourd'hui vous avez en France 30 à 40.000 personnes qui ayant démissionné et justifié de la recherche d'un emploi auprès de Pôle emploi sont indemnisés quatre mois après", a-t-il fait valoir.

À ce titre il a jugé que l'intégration des salariés démissionnaires était possible. "Il y a des paramètres qui permettraient de rendre la démission intégrable dans l'assurance-chômage", assure-t-il ainsi sans en dire plus.

Par ailleurs, Geoffroy Roux de Bézieux n'est pas forcément d'accord avec Emmanuel Macron sur le fait que la plupart des ruptures conventionnelles à l'heure actuelle sont des démissions déguisées. "Cela existe. Maintenant dire que c'est l'essentiel des ruptures conventionnelles je pense que cela n'est pas exact".

J.M.