BFM Business

Et si vous changiez de job dans votre propre entreprise? 

Salariés et direction ont tout à y gagner avec la mobilité interne.

Salariés et direction ont tout à y gagner avec la mobilité interne. - Estrattonbaily- C.C.

Vous avez l'impression de tourner en rond sur le plan professionnel, mais vous ne voulez pas risquer de quitter un CDI pour repartir en période d’essai. Il y a une issue pour évoluer quand même: prendre un nouveau poste sans changer de boîte.

Votre entreprise vous l'appréciez, vous la connaissez bien… peut-être un peu trop même. Ou tout du moins, vous estimez avoir fait le tour de votre poste actuel. Une envie de changement vous anime, mais pas forcément au point de faire le grand saut et d'aller chercher un job ailleurs.

La solution: opter pour un nouveau poste en interne. un choix qu'on regrette rarement. Selon une étude réalisée par l'Apec en 2012, 85% des salariés ayant opté pour la mobilité interne ont été satisfaits par leur changement de poste. L'entreprise y trouve également son compte. Elle y gagne du temps et de l'argent, puisqu'elle qui n'a pas à mobiliser des ressources pour procéder à un recrutement. Et c'est aussi plus rassurant: le salarié connaît la culture de l'entreprise et son futur manager peut vérifier s'il s'agit d'un bon élément en en discutant avec ses supérieurs hiérarchiques dès lors que sa candidature est officielle.

Comment procéder ?

La mobilité interne peut prendre deux formes: soit vous évoluez vers un poste à plus de responsabilités, soit vous visez un poste identique, mais dans un service différent ou dans une filiale. Le plus difficile est d'identifier les postes à pourvoir, car toutes les sociétés n'ont pas mis en place un programme de promotion de la mobilité interne. Pensez à consulter le réseau interne de l'entreprise. Il n'est pas rare que les postes à pouvoir y soient listés. Le bouche à oreille marche aussi très bien. L'entretien annuel peut aussi être l'occasion de lancer une perche à votre manager.

Comment faire acte de candidature

une fois votre décision prise, faites exactement comme si vous cherchiez un emploi dans une autre entreprise : refaites votre CV et envoyez votre lettre de motivation. Renseignez-vous sur le profil du manager avec lequel vous allez entrer en contact, et le contour du poste: est-ce une création ou un remplacement? 

Sachez que, dans tous les cas, vous partez avec un avantage car vous pouvez parler directement à vos collègues pour mener votre enquête. Trouvez-vous aussi des alliés qui pourront appuyer votre candidature. N'hésitez pas à faire valoir les succès obtenus en interne.

Le lieu idéal pour tisser ce réseau: la cafétéria bien sûr. Autour d'un café, il est plus facile de récolter des infos, et de vous tenir informé de l'esprit du service. Car les différences peuvent être bien plus grandes entre deux départements au sein d'une même société qu'entre deux entreprises.

Profitez-en pour changer de métier

C'est la vraie plus-value de la mobilité interne: on peut être engagé pour un poste sur lequel il aurait été vain de postuler ailleurs. Par exemple, un juriste pourra avoir l'opportunité de se reconvertir dans les ressources humaines en faisant jouer la mobilité interne. Aucun recruteur ne voudrait prendre le risque d'une telle reconversion avec un candidat venu d'ailleurs. Mais dans le cas d'une candidature interne, tout devient possible. Car même si vous ne connaissez pas grand-chose aux tâches ou bien au secteur auxquels vous allez être confronté, les personnes en charge des ressources humaines ont eu vent de vos compétences, votre capacité à vous adapter. On vous fera alors confiance pour apprendre. Et parfois, on vous proposera même des formations pour vous mettre à niveau.

Si le job de vos rêves n’existe peut-être pas encore, proposez-le. La mobilité interne c’est aussi de la création de besoin. Alors pourquoi ne pas inventer son futur job!

L.C. avec C.C.