BFM Business

Emploi: un début d'année très incertain pour les cadres, prévient l'Apec

Cette nouvelle année ne marquera pas encore un fort rebond pour le marché de l'emploi des cadres. Sur BFM Business, Gilles Gateau, Directeur général de l'Apec met en avant "l'inquiétude grandissante" des entreprises.

S'il ne fallait retenir qu'un chiffre pour symboliser ce début d'année sur le marché de l'emploi: seules 11% des entreprises prévoient de recruter au premier trimestre, selon le nouveau baromètre Apec sur les intentions de recrutement et de mobilité des cadres.

Sans surprise, le marché de l'emploi risque de se figer en partie pendant les prochains mois, marquant l'incertitude sanitaire et économique de ce début d'année. Après un premier confinement très difficile pour ceux qui cherchaient un travail, les offres d'emplois étaient reparties à la hausse, même pendant le deuxième confinement.

"En dépit d’une fin d’année mouvementée, les grandes entreprises et les PME ont été plus nombreuses à recruter des cadres au 4ème trimestre 2020, qu’elles ne l’avaient envisagé lors de l’interrogation de septembre 2020" indique l'Apec.

Reste que le volume d'offres était encore inférieur de 17% par rapport au 4ème trimestre 2019.

Les offres d'emplois en berne
Les offres d'emplois en berne © APEC

Et la situation ne devrait pas forcément s'améliorer pour le 1er trimestre 2021, faute de visibilité. "Seules 54 % des entreprises comptant au moins un cadre au sein de leurs effectifs se déclarent confiantes dans l’évolution de leur niveau d’activité" souligne l'étude, qui prévoit donc des embauches en berne.

"Il y a une inquiétude grandissante pour le premier trimestre", confirme sur le plateau de Good Morning Business, Gilles Gateau, directeur général de l'Apec.

Ce manque de dynamisme masque des disparités selon les secteurs. L'informatique ou le secteur commercial vont continuer à créer des emplois mais les entreprises concernées ont toujours autant de mal à recruter les profils recherchés, généralement expérimentés et donc déjà en poste.

Un risque plutôt qu'une opportunité

Et du côté des cadres, l'heure n'est pas vraiment au changement. Seuls 12% des cadres en poste envisagent de changer d’entreprise au 1er trimestre 2021 alors qu'une majorité d'entre eux (57%) estiment que changer d'entreprise est plus un risque qu’une opportunité. Mais dans uin délai plus long, "l'envie de mobilité est à un niveau très élevé", nuance Gilles Gateau. La mobuilité est perçue comme "une opportunité pour les jeunes, un risque pour les plus âgés", détaille-t-il.

Pour l'Apec, cette nouvelle année, très incertaine, pose de nombreuses inconnues. La fin des aides gouvernementales prévue cette année risque d'entraîner une vague de défaillances et donc des réductions d'effectifs.

Dans le même temps, la crise a posé la question de la qualité de vie qui pourrait aussi faire bouger les lignes et accentuer la mobilité des cadres. Enfin, les pratiques managériales ont été bousculées par cette crise.

Thomas Leroy Journaliste BFM Business