BFM Business

Dialogue social: le Medef a-t-il trop joué avec le feu?

Pierre Gattaz veut reprendre la main sur le dossier du dialogue social en entreprise.

Pierre Gattaz veut reprendre la main sur le dossier du dialogue social en entreprise. - Eric Piermont - AFP

La négociation entre syndicats et patronat ayant échoué, une loi viendra réformer le dialogue social en entreprise. Du coup, le Medef est prêt à rétropédaler.

Si les négociations sur le dialogue social en entreprise ont échoué la semaine dernière, certaines organisations souhaitent garder la main sur le sujet. Elles craignent en effet que le gouvernement ne rédige une loi qui ne leur convient pas, alors que le ministre du Travail François Rebsamen a confirmé ce week-end que le gouvernement allait reprendre le dossier à son compte.

Du coup, le Medef propose aux syndicats de se revoir, afin de ne pas rester sur un échec ou, en tous cas, faire en sorte de ne pas être mis hors-jeu.

Les partenaires sociaux avaient en effet beaucoup à perdre en ne trouvant pas d'accord, et en premier lieu le patronat. Le risque désormais pour Pierre Gattaz et son organisation, c'est que le gouvernement arbitre en faveur d'un texte trop éloigné de ce qu'ils souhaitent, notamment en ce qui concerne les petites entreprises. De son côté, le gouvernement penche pour une représentation des salariés des TPE. Sous quelle forme? Le patronat est méfiant : pas question pour lui de laisser entrer des élus dans les entreprises de moins de 11 salariés.

La fusion des instances, source d'inquiétudes

Deuxième sujet: la fusion de toutes les instances - le coeur du projet du Medef. Pour ne pas se voir imposer un modèle par la future loi, le Medef propose dans un premier temps de rouvrir des discussions avec les syndicats et d'établir une feuille de route sur laquelle le gouvernement pourrait s'appuyer pour rédiger sa loi.

Ensuite, il suggère de faire des expérimentations d'une instance unique dans les entreprises qui le décident, via un accord avec les syndicats. Une option soutenue également par la CFDT, le syndicat réformiste sur lequel s'appuie en général le gouvernement pour élaborer ses réformes.

Isabelle Gollentz