BFM Business

Comment le gouvernement veut renforcer les emplois aidés

Le ministre du Travail François Rebsamen veut poursuivre la politique de lutte contre le chômage, notamment via la création d'emplois aidés.

Le ministre du Travail François Rebsamen veut poursuivre la politique de lutte contre le chômage, notamment via la création d'emplois aidés. - Fred Dufour - AFP

L’exécutif va débloquer 170 millions d’euros afin d’accélérer le nombre d’emplois aidés, rapportent Les Echos ce jeudi. Il s’agira essentiellement de préserver la dynamique actuelle.

Les chiffres du mois de janvier ont visiblement conforté le gouvernement dans sa politique de lutte contre le chômage. L’exécutif va ainsi débloquer une enveloppe de 170 millions d'euros pour accélérer le nombre de contrats aidés d'ici à l'été, affirme le quotidien Les Echos ce jeudi.

Cette enveloppe de 170 millions "sera entièrement consacrée à consolider les contrats aidés. Non pas en prévoyant de nouvelles entrées en plus des 445.000 déjà budgétées pour l'année, mais en accélérant le calendrier", et donc en finançant certains contrats sur une durée plus longue que prévu en 2015, explique le journal. Une rallonge financière qui devrait "permettre d'avancer le lancement de quelque 30.000 contrats aidés".

Déjà 97.000 emplois d'avenir

"On veut accélérer le nombre de nouveaux contrats pour ne pas que le stock existant se dégrade", a-t-on expliqué de source gouvernementale, selon le quotidien qui indique que beaucoup d'emplois aidés "arrivent à terme ces prochains mois". "En concentrant une plus grande part de l'effort sur le premier semestre, l'exécutif veut avant tout maximiser les chances que l'emploi des jeunes résiste ou reflue ces prochains mois", assurent Les Echos.

En 2014, le gouvernement a concentré sa politique de l'emploi sur "les plus exposés au risque d'exclusion du marché du travail", rappelait en janvier le ministère du Travail, en faisant état notamment de près de 97.000 emplois d'avenir pour les jeunes, près de 310.000 contrats aidés non marchands et 48.000 dans le secteur marchand.

Y.D. avec AFP