BFM Business

Comment Carrefour réussit à gérer 40.000 recrutements par an

Premier employeur privé de France, Carrefour embauche chaque année l'équivalent du tiers de son effectif total. Parmi lesquels 50% de saisonniers. Le groupe s'est doté à cet effet de son propre cabinet de recrutement en interne. Une structure unique en son genre.

Du sans diplôme au bac +5, Carrefour recrute sans cesse. Communication, ressources humaines, relation client, logistique… Tous les métiers sont concernés. Déjà à la tête de 115.000 collaborateurs, le groupe de distribution procède à près de 40.000 embauches par an, dont la moitié de saisonniers.

Premier employeur privé de France, le groupe reçoit près d'un million de candidatures par an. Pour recruter tous les salariés, qu'ils soient cadres ou apprentis en alternances, Carrefour s'est doté de son propre cabinet de recrutement. Avec près de 2.000m2 de bureaux sur trois étages, il fonctionne comme une petite entreprise dans l'entreprise.

Pour Thierry Roger, directeur de l'Emploi, cette centralisation fait toute la différence. "Cela permet de mutualiser les équipes et de les mettre là où il y a des besoins. Cela permet de travailler plus facilement sur les métiers pénuriques ou sur les bassins pénuriques en mutualisant des viviers. Cela permet aussi de travailler plus en anticipation qu'un recrutement traditionnel", explique-t-il.

Un turnover en baisse

Cette cellule de recrutement emploie 60 personnes à temps plein. Parmi leurs missions: sélectionner systématiquement deux candidats pour chaque poste à pourvoir. "On remarque beaucoup moins de turnover en magasin parce que forcément, les recrutements sont beaucoup plus carrés et organisés. Cela n'est pas fait à la va-vite dans un magasin", met en avant Kaïna Meddour, chef d'équipe dans le service recrutement. "Concrètement, on arrive à présenter des personnes pérennes en entretien", ajoute-t-elle.

Sur 100 salariés, 7 seulement quittent l'entreprise chaque année en moyenne. Une performance dans la grande distribution, où le turnover dépasse en général 10%

Fabien Chamblanc et Alexandra Paget