BFM Business

Chômage: l'heure de vérité pour Hollande

BFM Business

La lutte contre le chômage est l'une des priorités du chef de l'Etat. Depuis un an, il martèle qu'il va parvenir à inverser la courbe d'ici à la fin de l'année. Le verdict est proche, avec la publication ce 26 décembre des chiffres du mois de novembre.

Le ministère du Travail publie, ce jeudi 26 décembre à 18 heures, les chiffres du chômage du mois de novembre. Pour François Hollande, c'est l'heure de vérité, même s'il faudra attendre janvier pour connaître l'évolution sur l'année 2013. Dès ses premiers mois de mandat, le chef de l'Etat a fait de l’emploi sa priorité numéro un. Au point de donner un objectif précis et daté : inverser la courbe du chômage avant la fin de l’année 2013.

Une promesse réitérée à maintes reprises lors de ses déplacements, alors que la conjoncture semblait aller à l'opposé. Au cours des 15 premiers mois de son mandat, le taux de chômage s’est envolé, au point de dépasser la barre symbolique des 10% d'actifs à la recherche d'un emploi. Et la seule baisse significative des chiffres du chômage a été le fait d'un bug informatique.

En annonçant sa promesse d'inverser la courbe du chômage, le Chef de l'Etat avait concédé que la route serait semée d'embuches: "nous devons y parvenir coûte que coûte" avait-il affirmé.

Et effectivement, de nombreux dispositifs d'aide à l'embauche ont vu le jour : contrats de génération, emplois aidés, crédit d’impôt (CICE) pour alléger le cout du travail. Un arsenal qui serait parvenu à créer 86.000 contrats d'avenir en novembre, et l'objectif d'en signer 100.000 avant la fin de l'année est à portée de main.

L'Insee plus pessimiste que le gouvernement

Pour Michel Sapin, le ministre du Travail, la partie serait en passe d'être gagnée. Vendredi 20 décembre, il a affirmé que "l'objectif" de l'inversion de la courbe du chômage était "déjà atteinte puisqu'au mois d'octobre, le nombre des chômeurs pour la première fois depuis cinq ans a diminué en France".

En attendant la publication de ce soir, la tendance au sein du gouvernement est à un optimisme prudent. "Si les chiffres sont bons jeudi soir, ce sera une bonne nouvelle mais l'effet politique sera minime. Et si le chômage remonte à nouveau en janvier, la parole politique sera affectée", a expliqué un conseiller de l'Elysée à l'AFP.

Pour sa part, l'Insee ne partage pas le même scenario que le gouvernement. L'institut de statistique s'attend à ce que le chômage progresse encore jusqu'à la mi-2014, jusqu'à 11%, contre 10,9% de la population active aujourd'hui.

C.C.