BFM Business

Castorama obtient un délai pour le travail le dimanche

Plusieurs salariés de Castorama conteste la démarche du syndicat FO contre l'ouverture dominicale des magasins pairisiens

Plusieurs salariés de Castorama conteste la démarche du syndicat FO contre l'ouverture dominicale des magasins pairisiens - -

Le groupe de bricolage aura jusqu'au 15 mars pour se conformer avec la loi et fermer le dimanche les deux enseignes parisiennes concernées par un recours du syndicat FO. C'est que lui a accordé la justice, ce vendredi 7 décembre.

La justice a accordé au distributeur de matériel de bricolage Castorama un délai de trois mois pour se mettre en conformité avec la loi sur les ouvertures le dimanche, ce vendredi 7 décembre. Une décision qui fait suite à l’assignation par le syndicat Force ouvrière (FO), qui dénonce l’ouverture dominicale non justifiée de deux magasins en Seine-Saint-Denis.

La présidente du tribunal de grande instance de Bobigny a reconnu l’existence d’un trouble lié à l’ouverture de ces magasins sans qu’elle soit autorisée par la préfecture. Ils ne devront donc plus officier le dimanche, sous un délai de trois mois, soit à partir du 15 mars.

A partir de cette date, sans dérogation préfectorale, Castorama devra payer 1800 euros par jour et par magasin qui contreviendrait à la règle. Les deux enseignes concernées sont les magasins de Villemomble et Villetaneuse. Environ 80 salariés y travaillent le dimanche, selon Castorama.

"FO se trompe de cible"

Castorama espère,toutefois, obtenir d'ici cette date butoire du 15 mars, une autorisation d'ouverture dominicale. Le groupe ne cachait pas sa satisfaction après le rendu de la décision: "On va pouvoir rester ouverts, les salariés sont vraiment soulagés", a déclaré un porte-parole à l'AFP.

Vendredi dernier, une centaine de salariés, blousons siglés Castorama sur le dos, était venue assister à l'audience. A l'extérieur du tribunal, ils avaient installé deux banderoles sur lesquelles on pouvait lire "laissez-nous travailler le dimanche".

"FO se trompe de cible. Le travail dominical est basé sur le volontariat et toute personne a le droit de ne pas travailler ce jour-là. Nous sommes payés plus cher le dimanche et pour certains, c'est une rentrée d'argent très importante", avait dit Florian Vadez, salarié de 27 ans à Castorama depuis 2008.

BFMbusiness.com et AFP