BFM Business

Allocations familiales-retraites: Ayrault fait du Fillon

Comme les pensions, les allocations familiales ne seraient pas revalorisées au 1er janvier.

Comme les pensions, les allocations familiales ne seraient pas revalorisées au 1er janvier. - -

Selon Les Echos du 4 octobre, le gouvernement reporterait la hausse des prestations sociales du 1er janvier au 1er avril 2013. Un décalage inauguré par le gouvernement Fillon qui permet de réaliser des économies.

Il faut croire que le gouvernement Fillon n'avait pas que des mauvaises idées. Après la non-indexation du barème de l'impôt sur le revenu décidée sous l'ancien Premier ministre et reprise dans le projet de budget 2013, voilà que le gouvernement Ayrault s'apprêterait à reporter du 1er janvier au 1er avril prochain la revalorisation des allocations familiales et logement et des pensions de retraites. C'est du moins ce que croit savoir le quotidien Les Echos de ce jeudi. 30 millions de ménages et 15 millions de retraités seraient en tout cas concernés.

En agissant ainsi, le gouvernement escompte bien entendu des économies alors que le déficit de la sécurité sociale atteindra 13,3 milliards d'euros en 2012 et 11,4 milliards en 2013 malgré les nouveaux prélèvements décidés en début de semaine. Ce décalage, ainsi qu'une faible revalorisation des retraites avait permis au gouvernement Fillon de réaliser 400 millions d'économies.

Pour mémoire, l'ensemble des prestations familiales représente 32 milliards d'euros par an, les prestations retraite de base (hors retraite complémentaire) 200 miliards.

Aucune promesse

Les socialistes s'étaient bien gardés de promettre le retour à une revalorisation dès le début de l'année 2013. Reste que le gouvernement sera attendu au tournant sur une autre décision : le montant de la revalorisation des prestations familiales et des pensions.

En principe, cette revalorisation doit au moins suivre l'inflation. Celle de 2012, calculée par l'Insee, ne sera officiellement connue qu'en mars prochain. Elle devrait se situer autour de 2% (hors tabac). Et pour 2013, le gouvernement table sur 1,75%.

Quel taux sera finalement retenu? Le gouvernement accordera-t-il un petit coup de pouce? Même si une revalorisation ne se traduit que par quelques euros supplémentaires chaque mois pour chaque bénéficiaire, la décision gouvernementale n'en prendra pas moins un sens politique, comme celle concernant le Smic en juillet dernier.

Patrick Coquidé