BFM Business

2,3 millions de salariés en chômage partiel en mars

Le chômage partiel a permis à l'Allemagne de traverser la crise sans détruire trop d'emploi.

Le chômage partiel a permis à l'Allemagne de traverser la crise sans détruire trop d'emploi. - -

C'est 100.000 de plus qu'en février, note la Dares, et cela représente 12% des salariés du privé.

Environ 2,3 millions de salariés du secteur privé étaient en chômage partiel en mars (12% des salariés du privé), un niveau stable par rapport au mois précédent, selon une estimation publiée lundi par la Dares (service de statistiques du ministère du Travail).

Ils étaient 2,2 millions en février, selon cette enquête mensuelle sur l'activité et les conditions d'emploi de la main-d'oeuvre pendant la crise sanitaire du Covid-19. Au plus fort de la crise au printemps 2020, près de 9 millions de salariés avaient été concernés.

Un coût mensuel de 2 milliards d'euros pour l'Etat

Le recours au chômage partiel se maintient notamment à un niveau élevé dans l'hébergement et la restauration (761.000 soit huit salariés sur dix), dans le commerce (366.000 soit 12% des salariés) et les autres activités de services (272.000 soit 37% des salariés).

Le coût pour l'État et l'Unédic s'élèverait en mars à 2 milliards d'euros (après 1,7 milliard en février et environ la même somme en janvier), indique la Dares.

L'enquête montre aussi que malgré le durcissement des restrictions sanitaires dans 16 départements à partir du 20 mars, l'activité est restée stable par rapport au mois précédent.

25% des salariés au moins un jour en télétravail

Ainsi, 9% des salariés travaillent toujours dans une entreprise très fortement touchée (à l'arrêt complet ou en baisse d'activité de plus de 50%), 24% dans une entreprise dont l'activité a baissé de moins de 50%, et 67% dans une entreprise dont l'activité est inchangée ou en hausse.

En matière de télétravail, l'enquête montre par ailleurs qu'au cours du mois de mars, un peu plus d'un quart des salariés ont été au moins un jour en télétravail, en légère hausse par rapport au mois précédent (+1 point).

Ils sont environ un tiers à l'avoir été toute la semaine (32% - soit 9% de l'ensemble des salariés - après 31% en février).

OC avec AFP